Toulalan: "on a hâte"

  • A
  • A
Toulalan: "on a hâte"
@ Reuters
Partagez sur :

EQUIPE DE FRANCE - Le milieu de terrain se montre confiant avant le début de la compétition.

EQUIPE DE FRANCE - Le milieu de terrain se montre confiant avant le début de la compétition.A deux jours de votre entrée dans la compétition, comment vous sentez-vous ?On a hâte. On a fait une bonne préparation, de bons matches malgré les résultats, car on a concédé de moins en moins d'occasions au fil des rencontres. Après, tout n'est pas parfait, il y a des réglages. Il faudra marquer un but de plus que l'adversaire. Mais ça ne vient pas forcément des attaquants mais du collectif, moi le premier. Je dois lâcher plus vite le ballon.Ressentez-vous un peu de tension, la compétition approchant, avec les quelques doutes qui existent ?On a toujours un peu de doutes avant de commencer et j'espère qu'on les lèvera vendredi contre l'Uruguay. Soyons d'abord très performants derrière et réglons les petits trucs devant.Le système en 4-3-3 vous amène-t-il plus de responsabilités ?C'est un nouveau système qui nous oblige à plus parler, moi aussi bien sûr, mais ce n'est pas plus lourd à porter. C'est ce que je fais depuis un petit moment. Je suis le seul qui connaisse ce système car on joue comme ça à Lyon. Le système n'est pas un problème, c'est le mouvement et l'animation qui comptent.Allez-vous débuter la compétition dans cette configuration ?On a fait les trois matches de préparation en 4-3-3, on continue à travailler dans ce système, après c'est le coach qui a les clés. Je pense quand même que l'on jouera comme ça mais c'est une force. On a évolué dans plusieurs systèmes, on peut les changer en cours de match et ça peut être un avantage.Eprouvez-vous l'envie de sortir de votre environnement de l'hôtel dans lequel vous êtes depuis samedi ?Dimanche, on fait quelque chose, je crois ? (la visite d'un township pour la rénovation d'un terrain, ndlr). Maintenant, c'est la dernière ligne droite, il faut éviter de s'éparpiller. Quand on était à Tignes, en Tunisie et à La Réunion, on est allé voir les gens, on était content mais là il faut se concentrer."Avec nous, le coach a toujours été bien"Pourquoi le jeu des Bleus se passe quasi exclusivement sur le côté gauche ?C'est un certain équilibre à avoir. Franck (Ribéry) n'a pas les mêmes caractéristiques que Sidney. Quand il percute, défensivement ce n'est pas facile, Sidney, lui, fait un peu plus d'efforts pour défendre. Franck a d'autres qualités, il faut s'adapter aux joueurs et au système.Comment trouvez-vous la charnière centrale Gallas-Abidal ?Je pense que ça s'est bien passé, comme je l'ai dit tout à l'heure. Défensivement, oui, on est au point. On verra contre l'Uruguay si on est solide ou pas. L'Uruguay presse pas mal le porteur du ballon, si on arrive à faire les décalages et à bien faire naviguer le ballon, ce sera plus facile.On a l'impression que Gourcuff est un peu isolé dans le groupe ?On a tous des affinités plus ou moins fortes avec d'autres, c'est certain mais le groupe vit bien. Je m'entends bien avec lui en tout cas, comme avec tout le monde, peut-être un peu plus privilégié avec Yo. Ce n'est pas la peine d'être les meilleurs amis du monde pour bien s'entendre sur le terrain.Quels échanges avez-vous avec Domenech ? Discutez-vous du système ?On a des échanges sur le positionnement et la tactique, après s'il demande à tout le monde où il aimerait bien jouer, on ne s'en sortirait pas. Concernant le système je ne pense pas qu'on ait à donner notre avis, on exécute. C'est le mouvement le plus important. Avec nous, le coach a toujours été bien. Par rapport à ce que vous voyez, il est en décalage total. Je l'ai connu en espoirs et en A c'est pareil.Comment appréhendez-vous ce premier match ?Forcément, on veut bien commencer. Il y a des choses à améliorer mais mentalement, on est costaud. Ce sera dur pour tout le monde, mais on a l'habitude de la difficulté.