Toulalan monte en puissance

  • A
  • A
Toulalan monte en puissance
Partagez sur :

Jérémy Toulalan a été l'auteur d'une prestation époustouflante face à la Fiorentina en Ligue des champions.

Jérémy Toulalan est un atout précieux dans le dispositif lyonnais mis en place par Claude Puel. Et l'ancien Nantais l'a une nouvelle fois démontré, mercredi, face à la Fiorentina, en proposant une prestation époustouflante à un poste de défenseur central qui n'est habituellement pas le sien.Jérémy Toulalan, on le sait, est du genre polyvalent. Son volume de jeu, gigantesque, en est le témoignage, son hyperactivité, son endurance et son sens de l'anticipation en sont les principaux atouts. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si l'intéressé évolue de nature dans l'entrejeu, là où il peut vaquer comme bon lui semble au four ou au moulin, et parfois, voire souvent, simultanément. Une générosité jamais démentie qui bien sûr a les inconvénients de ses avantages. Ses dernières sorties en bleu – exception faite de son excellent match face à la Serbie – en sont les illustrations. A force de générosité, Toulalan a parfois tendance à se disperser.Aussi appréhendait-il quelque peu la tâche qui devait lui incomber, mercredi soir, à l'annonce du forfait d'un Mathieu Bodmer en délicatesse avec ses adducteurs. Déjà privé de Jean-Alain Boumsong et de Cleber Anderson pour composer sa charnière centrale, Claude Puel en effet s'était naturellement tourné vers son joueur à tout faire pour pallier cette défection de dernière minute. "Il se posait quelques questions, avouera après coup l'entraîneur rhodanien. Mais il a fait le match qu'on attendait de lui. Il a été extraordinaire. De toute façon, même en attaque, il serait bon !" Cris: "Toulalan est un joueur énorme, il m'a vraiment impressionné"Entre autres... Car si ce n'est sur la réalisation unique de Miralem Pjanic à l'entame du dernier quart d'heure, cette première soirée continentale s'est peut-être jouée en faveur des Lyonnais grâce à l'abnégation de Jérémy Toulalan, lequel a endossé le costume de pompier de service au moins deux fois contre la Viola. Sur un retour tranchant dans les pieds de Gilardino d'abord, tandis que l'Italien armait sa frappe à la 24e minute. Puis sur cette intervention décisive devant Jovetic dans les arrêts de jeu, alors que celui-ci s'était ouvert le chemin du but d'un sombrero inspiré. "Impressionnant", cet adjectif prononcé en zone mixte par Pjanic était ainsi repris par nombre de Gones après le match pour rendre hommage à l'ancien moteur du FC Nantes. "C'est un guerrier, un joueur énorme, il m'a vraiment impressionné", confessait Cris, tandis qu'Ederson soulignait son "état d'esprit énorme. Il est très généreux. Au milieu, en défense, il rentre sur le terrain pour tout donner. Il l'a prouvé encore ce soir."Devenu exigent au fil des années et des titres de champion décrochés par son équipe, le public de Gerland ne s'y est du reste pas trompé: scandé durant la partie – une exception pour un élément défensif – le nom de Toulalan a bien raisonné dans l'enceinte rhodanienne. En réponse à ce véritable plébiscite, Jérémy Toulalan, lui, n'a pas fait défaut à sa modestie coutumière: "Ce poste exige davantage de concentration. Je ne devais pas m'éparpiller et surtout me positionner pour regarder le placement de mes coéquipiers", s'est-il contenté de commenter. Qu'il se rassure, la 23e apparition de sa carrière en Ligue des champions a frôlé la perfection.