Toulalan, lyonnais à vie ?

  • A
  • A
Toulalan, lyonnais à vie ?
Partagez sur :

Si Jérémy Toulalan a vécu lors des six derniers mois de 2010 le moment le plus difficile de sa carrière, au point de perdre sa place en équipe de France, l'année 2011 se présente sous un meilleur jour, le milieu de terrain lyonnais, à l'instar de son club, retrouvant peu à peu le rendement qui en avait fait un pilier de l'OL et des Bleus. Se sentant bien entre Rhône et Saône, l'intéressé a évoqué vendredi une possible prolongation.

Si Jérémy Toulalan a vécu lors des six derniers mois de 2010 le moment le plus difficile de sa carrière, au point de perdre sa place en équipe de France, l'année 2011 se présente sous un meilleur jour, le milieu de terrain lyonnais, à l'instar de son club, retrouvant peu à peu le rendement qui en avait fait un pilier de l'OL et des Bleus. Se sentant bien entre Rhône et Saône, l'intéressé a évoqué vendredi une possible prolongation. Jérémy Toulalan sera-t-il l'homme de deux clubs, Nantes, où il a été formé et a effectué ses débuts professionnels, et Lyon, où il est arrivé à l'été 2006 ? A 27 ans, le milieu de terrain international (36 sélections), se pose en tout cas la question. Présent vendredi matin au point-presse de l'Olympique Lyonnais, à l'avant-veille du déplacement de l'OL à Nice pour le compte des 16e de finale de la Coupe de France, «Toul» a en effet évoqué son avenir, lui dont le contrat avec le club rhodanien expire en juin 2012. "J'ai eu une discussion il n'y a pas si longtemps avec le président, nous avons une relation de confiance, a-t-il expliqué. Je sais ce que le club m'a apporté, je pense avoir été performant jusqu'ici à Lyon, à part les six derniers mois et pendant ces six mois, le club a été présent et m'a beaucoup aidé." Il y a deux semaines, Toulalan avait confié, à propos de ces six derniers mois: "C'est la plus mauvaise période de ma carrière. Je n'y étais pas dans la tête après cette Coupe du monde. Il fallait passer à autre chose, mais ce n'est pas évident. Il y avait des regrets. Je n'arrivais pas à évacuer. J'ai été blessé. J'ai dû faire un ou deux matchs potables. Je me suis posé des questions... jusqu'à arrêter le foot." Le coup de blues est passé et si une blessure à la cuisse lui a gâché la fin d'année, l'ancien Nantais a définitivement tourné la page de 2010 et attaqué 2011 avec du mordant, comme l'a prouvé sa solide prestation samedi dernier face à Lorient (3-0), et l'envie de rendre au club le soutien qu'il lui a apporté pendant ces six mois. Une envie qui pourrait se manifester par une prolongation de contrat. "On va se mettre d'accord pour que chaque partie soit contente", explique-t-il. Cela signifie-t-il une prolongation ? "Ça ne veut rien dire, mais ça ne me dérangerait pas de finir ma carrière à Lyon. Même si ça fait deux ans qu'on n'a pas gagné de titre, Lyon reste pour moi le plus grand club de France. Donc si je peux prolonger, je vais le faire." Reste désormais aux deux parties de s'entendre, ce qui ne devrait guère poser de problèmes.