Toulalan l'Andalou

  • A
  • A
Toulalan l'Andalou
Partagez sur :

Jérémy Toulalan ne portera plus les couleurs de l'OL. Un accord est intervenu ce vendredi entre le club rhodanien et le Malaga CF pour le transfert du milieu de terrain international, qui à 27 ans rejoint donc le club andalou moyennant une indemnité a priori comprise entre 11 et 12 millions d'euros. Un contrat de 4 ans devrait être signé dans les prochains jours et permettre au joueur de voir ses émoluments atteindre les 4,2 millions d'euros annuels.

Jérémy Toulalan ne portera plus les couleurs de l'OL. Un accord est intervenu ce vendredi entre le club rhodanien et le Malaga CF pour le transfert du milieu de terrain international, qui à 27 ans rejoint donc le club andalou moyennant une indemnité a priori comprise entre 11 et 12 millions d'euros. Un contrat de 4 ans devrait être signé dans les prochains jours et permettre au joueur de voir ses émoluments atteindre les 4,2 millions d'euros annuels. Considéré par son président Jean-Michel Aulas comme l'un des piliers de l'effectif lyonnais autour duquel il voulait bâtir l'équipe, Jérémy Toulalan va pourtant, signe des temps, bien quitter le club rhodanien cet été. Après d'âpres négociations, l'OL et la formation espagnole sont en effet tombés d'accord pour le transfert du joueur, indique ce vendredi le site officiel du club andalou. Le montant du transfert serait compris entre 11 et 12 millions d'euros. Quant au salaire, l'international Français, qui s'est engagé pour une durée de quatre ans, pourrait voir ses émoluments grimper à 4,2 millions d'euros annuels. Un choix qui de prime abord pourra étonner pour un joueur qui avait toujours indiqué sa volonté de s'inscrire dans la durée dans la capitale des Gaules. Mais, en plus de l'aspect financier forcément intéressant pour le club, mais on l'aura compris aussi pour le principal intéressé, qui rejoint l'un des nouveaux riches de la Liga depuis l'arrivée au club il y a un an du cheikh Abdullah Bin Nasser Al-Thani de la famille royale qatarie, l'ancien Nantais avait sans doute besoin de changer d'air pour relancer une carrière, qui patine sérieusement depuis un an. Très marqué par Knysna Débarqué en 2005 à Lyon pour franchir un cap après avoir fait les beaux jours du FC Nantes durant quatre saisons, Jérémy Toulalan a connu deux premières saisons de rêve au cours desquelles il s'est imposé comme un patron du milieu de terrain de l'OL avec qui il a remporté deux titres de champion de France. Appelé en équipe de France par Raymond Domenech dès 2006, il a participé à l'Euro 2008, puis à la Coupe du monde 2010. Le début d'une longue période de doute pour ce pur produit du centre de formation nantais. Sortant déjà de deux saisons plus compliquées avec l'OL, privé de titres par Bordeaux en 2009 puis l'OM en 2010, sans que ses performances individuelles ne soient forcément mises en cause, Toulalan a très mal vécu son implication dans la grève des Bleus à Knysna. Suspendu un match par la FFF pour avoir demandé à son avocat de rédiger la lettre lue par le sélectionneur, le joueur n'a pas caché avoir été très marqué par cette épisode. Un mal-être qui a fini par percer jusque sur le terrain. Repositionné en défense centrale par Claude Puel pour le bien de l'équipe, un poste où il a souvent tenu la baraque, mais qui ne lui plaît pas vraiment, le joueur aux 36 sélections a cette dernière saison eu du mal à se distinguer. Un repositionnement qui de plus lui a empêché de prendre le bon wagon de l'équipe de France version Laurent Blanc, le nouveau sélectionneur estimant qu'il y avait meilleur que lui au poste de défenseur. Le besoin de changement semblait donc nécessaire pour le joueur afin de remettre sa carrière sur de bons rails et l'offre de Malaga est donc tombée à pic. Il rejoint ainsi l'un des plus grands championnats européens et un club ambitieux, qui a déjà recruté Ruud Van Nistelrooy, Ignacio Monreal et Joris Mathijsen cet été. De son côté, L'OL perd un joueur cadre, mais cette perte est largement compensée par le montant du transfert, qui permettra sans aucun doute de lui trouver un remplaçant.