Toulalan: "J'ai d'énormes regrets"

  • A
  • A
Toulalan: "J'ai d'énormes regrets"
@ Reuters
Partagez sur :

"Je ne suis pas fier mais j'assume" confie-t-il dans un entretien au JDD, dimanche.

"Je ne suis pas fier mais j'assume" confie-t-il dans un entretien au JDD, dimanche. Va-ton en savoir un peu plus sur la mutinerie des Bleus lors de la Coupe du monde 2010 ? Dans un entretien accordé au JDD à paraître dimanche, Jérémy Toulalan livre sa version des faits. "A la base, on n'a pas cautionné ce qu'avait dit Nicolas Anelka à la mi-temps de France-Mexique, explique le milieu de terrain français, mais c'est le genre d'événement qui arrive parfois dans un groupe. Ça n'aurait pas dû sortir et on aurait dû mieux gérer cela en interne". Comme Patrice Evra, Thierry Henry ou William Gallas avant lui, le Lyonnais parle d'une décision prise à l'unanimité en ce qui concerne le boycott de l'entraînement, le 20 juin dernier. "On a essayé d'organiser une réunion pour qu'il [Nicolas Anelka] aille s'expliquer avec le coach. Elle n'a jamais eu lieu car la décision de son exclusion avait été prise. On a regretté la forme plus que le fond. [...] On a eu une discussion le samedi soir : personne ne s'est manifesté. Donc oui, tout le monde était d'accord", rapporte-t-il. "Peut-être que certains n'ont pas osé..." Une unité de façade ? "Peut-être que certains n'ont pas osé... Moi-même, j'ai d'énormes regrets. Car j'aurais pu le faire", tempère Toulalan, je ne suis pas fier de ce qui s'est passé, mais j'assume. On était tous dedans. Celui qui dit le contraire est un menteur". Et Jérémy Toulalan de reconnaître son rôle dans la rédaction dans le fameux communiqué des joueurs. "En fait, avec quelques joueurs, on a couché des idées pour expliquer notre démarche. Puis avec nos conseillers [en communication, ndlr], on a essayé de mettre ça en forme pour être bien compris, confie l'ancien Nantais, on a essayé de maîtriser les choses, même si c'était peut-être indéfendable". La déclaration, finalement remise à Raymond Domenech à la surprise de nombreux observateurs, aurait due être lue par Patrice Evra selon Toulalan. "Je n'étais pas bien. Je l'avais dit : c'était au capitaine d'aller la lire. Mais on était dans un tel truc que c'était compliqué", explique le milieu défensif qui n'entend pas blâmer son coéquipier pour autant. "Si on était sanctionné, cela me toucherait beaucoup. Mais on n'a pas le choix : on a tellement fait n'importe quoi qu'on accepterait. En tout cas, les sanctions doivent être collectives et non individuelles", estime le joueur de l'OL alors que Lilian Thuram a récemment réclamé l'exclusion d'Evra de l'équipe de france. "Si on était sanctionné, cela me toucherait beaucoup. Pour moi, c'est toujours une fierté d'aller en équipe de France", conclut-il.