Tirage au sort : éviter le Barça et le Real

  • A
  • A
Tirage au sort : éviter le Barça et le Real
@ REUTERS
Partagez sur :

LIGUE DES CHAMPIONS - Le tirage des 8es, qui concernent Lyon et Marseille, a lieu vendredi (12h).

L'Olympique de Marseille et l'Olympique lyonnais, les deux rescapés du football français en Coupe d'Europe, connaîtront leurs adversaires en huitièmes de finale de la Ligue des champions aux alentours de midi, vendredi, à l'issue du tirage au sort qui aura lieu à Nyon, en Suisse. L'OM et l'OL ayant terminé deuxième de leur groupe, ils sont dans le même bateau, à savoir le chapeau 2, qui leur promet un vainqueur de groupe : Apoel Nicosie, Arsenal, Benfica, Barcelone, Bayern Munich, Chelsea, Inter Milan ou Real Madrid. A quelques heures du tirage, Europe1.fr vous présente ces huit adversaires potentiels.

Le Barça bat le Real Madrid, 930

© REUTERS

 Les étiquetés "A éviter". Ils sont deux dans cette catégorie et presque inséparables : le FC Barcelone et le Real Madrid. Les duettistes du football espagnol évoluent dans la catégorie des "injouables". Ne nous voilons pas la face : les affronter équivaut presque à être éliminés. Demandez donc à l'Olympique lyonnais, rossé dans les grandes largeurs par le Real lors de la phase de poules (4-0, 2-0). Pour avoir déjà affronté les Merengue lors de ce premier tour, l'OL, miraculé, ne pourra pas les retrouver en huitièmes mais conserve une chance sur sept de se coltiner leur rival, le Barça, qui fait peur à Alou Diarra. "Le Barça, c'est très fort", résume le milieu de terrain de l'OM. Tenant du titre, finaliste de la Coupe du monde des clubs, qu'il disputera dimanche, net vainqueur du clasico samedi dernier, le club catalan et ses petits Diables, Messi en tête, constituent sans aucun doute le pire tirage possible.

Le Taureau et le Matador

Les "marques" hors d'atteinte. Leader de Bundesliga, le Bayern Munich, fort de ses talents multiples (Ribéry, Gomez (photo), Müller, Robben,...), impressionne par sa puissance offensive (40 buts marqués en 16 matches). En  Ligue des champions, le club bavarois, placé dans le "groupe de la mort", n'a guère tremblé pour en sortir vivant. Et quand on sait que la finale de la Ligue des champions aura lieu cette saison à l'Allianz-Arena, le stade du Bayern, on se dit que les joueurs de Jupp Heynckes ne seront pas du tout bons à prendre. Ce sera également le cas de Chelsea. Certes distancés en championnat (4e) et poussifs en Ligue des champions (qualifiés lors de la dernière journée), les Blues restent redoutables. Lundi dernier, ils ont été les premiers à faire tomber Manchester City. Et il possède avec André Villas-Boas, vainqueur de la Ligue Europa avec Porto l'an dernier, un entraîneur qui maîtrise le langage européen.

Robin Van Persie, 930

© REUTERS

Les bons clubs "dégriffés". Exclu du "Big Four" du championnat, Arsenal, cinquième, a montré quelques limites lors de sa double confrontation face à l'OM, qui, avec un peu plus de réussite, aurait pu réaliser mieux qu'une courte défaite et un nul. Malmenés depuis le début de la saison, les Gunners, qui ont perdu Nasri, seront peut-être plus redoutables au printemps, surtout si Robin van Persie maintient son incroyable niveau de jeu. Un ton en dessous d'Arsenal, l'Inter Milan n'est plus que l'ombre du club champion d'Europe en 2010. José Mourinho est parti, Samuel Eto'o aussi, Diego Milito ne cadre plus une frappe et les Nerazzurri se traînent à une inhabituelle septième place en Serie A. Mais attention, le club milanais, vainqueur de deux matches en quatre jours, conserve suffisamment de talents (Cambiasso, Forlan, Pazzini) pour perturber n'importe quelle équipe. Demandez donc au champion de France en titre, Lille, qui a perdu ses deux matches contre les Interistes lors de la phase de poules.

Gustavo Manduca, Ailton et Charalambidis (930x620)

© REUTERS

Les "bonnes affaires" supposées. S'il y a un club que tout le monde veut tirer, c'est l'Apoel Nicosie. Le club chypriote est l'invité-surprise de ces huitièmes de finale. Classé 63e au classement UEFA, l'Apoel a étonné lors de la première phase en terminant premier de son groupe, homogène mais sans doute le moins relevé de la compétition, avec le Zénith Saint-Pétersbourg, le Chakhtior Donetsk et le FC Porto. Le club chypriote reste de loin la plus abordable des têtes de série, devant Benfica. Le club lisboète, deuxième de son championnat, a évincé Manchester United de la compétition et terminé invaincu la première phase. Bourreaux des clubs français ces dernières années sur la scène européenne (le PSG et Lille en Ligue Europa), les Aigles n'ont plus perdu depuis le 12 juillet dernier lors d'un match amical face à... Dijon ! Affronter Benfica serait certes difficile, mais ce ne serait pas un défi insurmontable non plus...

La composition des chapeaux :

Chapeau 1 : Apoel Nicosie, Arsenal, Benfica, Barcelone, Bayern Munich, Chelsea, Inter Milan, Real Madrid
Chapeau 2 : Bâle, Bayer Leverkusen, CSKA Moscou, Lyon, Marseille, AC Milan, Naples, Zénith Saint-Pétersbourg

Deux équipes issues d'un même groupe ne peuvent se retrouver. Exemple : Lyon et le Real, Marseille et Arsenal, AC Milan et Barcelone, etc.