Tigana: "Personne n'est éliminé"

  • A
  • A
Tigana: "Personne n'est éliminé"
Partagez sur :

Jean Tigana devient plus tranchant dans ses choix et devrait laisser une fois de plus Ciani et Planus sur le banc pour le déplacement à Rennes, samedi dans le cadre de la 33e journée de Ligue 1. Un choix qui s'était avéré payant face à Saint-Etienne (2-0). Le coach bordelais veut accrocher la sixième place, synonyme de qualification pour la Ligue Europa, qu'il considère comme le «grand objectif» du club.

Jean Tigana devient plus tranchant dans ses choix et devrait laisser une fois de plus Ciani et Planus sur le banc pour le déplacement à Rennes, samedi dans le cadre de la 33e journée de Ligue 1. Un choix qui s'était avéré payant face à Saint-Etienne (2-0). Le coach bordelais veut accrocher la sixième place, synonyme de qualification pour la Ligue Europa, qu'il considère comme le « grand objectif » du club. Bordeaux s'offre un final palpitant avec cette place européenne en ligne de mire... Depuis que je suis à Bordeaux, c'est la première fois que nous sommes européens. En plus, nous jouons un match très intéressant ce week-end à Rennes. Nous sommes dans une bonne spirale. Nous avons bien travaillé cette semaine, c'est positif. Tout le monde est dans l'esprit. N'est-ce pas dommage que cette bonne spirale arrive à la fin du championnat ? C'est déjà bien qu'elle arrive, certains ne l'ont jamais vue venir. On ne peut pas se plaindre. Je ne change rien à mes habitudes malgré tout. Je sens une nette amélioration, mais nous ne sommes à l'abri de rien même si je suis persuadé que nous allons répondre présents à Rennes. Vous avez mis en place une nouvelle concurrence, sentez-vous que vos joueurs sont piqués au vif ? Je ne sais pas s'ils sont piqués au vif, mais ce n'est pas volontaire. Je fais des choix par rapport à ce que je vois à l'entraînement, c'est tout. Je n'ai aucun état d'âme vis-à-vis des uns ou des autres. Les choix peuvent évoluer, personne n'est condamné. Chalmé ou Marange ne jouaient pas et maintenant ils jouent. Personne n'est éliminé, je n'ai pas d'agressivité négative sur les joueurs. Je regarde ce qu'ils me donnent à l'entraînement et dans les matches et je fais l'analyse. C'est sûr qu'ils ne sont pas contents quand ils ne jouent pas, mais c'est comme ça. Cela leur permet aussi de progresser. "Difficile pour ceux qui sont en fin de contrat " Les joueurs commencent à penser à leur avenir, cela peut-il influencer leurs performances ? Cela doit être difficile pour ceux qui sont en fin de contrat mais je n'ai pas encore évoqué l'avenir des joueurs avec les dirigeants bordelais. Le marché sera calme cette année, je ne pense pas qu'il y aura de gros remaniements dans les clubs français. On fera le point en fonction des comptes du club. La qualification européenne peut-elle rendre le club plus attractif ? Financièrement, il n'y a que la Ligue des champions qui permet d'augmenter le budget. Il faut aller chercher la Ligue Europa tout de même, c'est un objectif. Cela nous fait un challenge maintenant que nous savons que nous sommes sauvés. Bordeaux a-t-il changé de statut ? Nous n'avons jamais été KO mais nous avons titubé. Ce n'est pas une saison exceptionnelle, c'est vrai, surtout à la maison. Nous avons perdu trop de matches chez nous alors que nous n'avons tremblé nulle part en déplacement, à part le scénario catastrophe de Lorient (défaite 5-1). Marseille a pris la tête du championnat, les voyez-vous aller au bout ? Lille n'est pas condamné, il reste encore six matches, personne n'est à l'abri. Cela peut aller très vite d'un match à l'autre. Je ne me fais pas de souci, Didier (Deschamps) a prouvé qu'il savait mener sa barque et en plus il a Guy Stéphan derrière, qui est quelqu'un de solide.