Tigana en veut plus

  • A
  • A
Tigana en veut plus
Partagez sur :

Agacé par le nul obtenu mardi par son équipe à Monaco (2-2) en match en retard de la 11e journée, l'entraîneur bordelais a visiblement musclé son discours pour tenter de bousculer ses joueurs. Il leur demande notamment de prendre plus de responsabilités alors qu'arrivent deux rencontres d'affilée à domicile. La première face à Valenciennes ce samedi pour le compte de la 12e journée.

Agacé par le nul obtenu mardi par son équipe à Monaco (2-2) en match en retard de la 11e journée, l'entraîneur bordelais a visiblement musclé son discours pour tenter de bousculer ses joueurs. Il leur demande notamment de prendre plus de responsabilités alors qu'arrivent deux rencontres d'affilée à domicile. La première face à Valenciennes ce samedi pour le compte de la 12e journée. Il est comme ça le Jeannot. La plupart du temps souriant, laissant une bonne place à la galéjade ou au petit trait d'humour, l'entraîneur de Bordeaux est également connu pour ses coups de gueule. Un tempérament qui lui a coûté parfois quelques soucis dans sa carrière, à Fulham notamment, et que ses nouveaux joueurs ont déjà eu le loisir d'éprouver à nouveau cette semaine, après un piètre match nul ramené de Monaco. Ce 2-2 concédé mardi soir au Stade Louis II, en match en retard de la 11e journée, n'a pas du tout plu à Tigana, ce qui a déclenché l'ire du technicien girondin. Un coup de colère nécessaire ? "Je ne sais pas, mais il était logique. Je ne sais pas non plus s'il sera efficace, mais, si c'était à refaire, je le referais sans hésiter. Il n'y aucun problème", rétorquait l'intéressé jeudi en conférence de presse, rapporte le site Internet du club champion de France 2009. Jean Tigana reproche notamment l'état d'esprit affiché par les siens sur le Rocher: "Au-delà de l'attitude, il y a des périodes dans le placement et les déplacements où il faut respecter le collectif., avant d'inciter certains à jouer leurs rôles de cadres: "Tout le monde fait des fautes, mais il faut que les joueurs se recadrent d'eux-mêmes. Je ne sais pas si vous voyez les matches des autres équipes, mais il y a toujours un ou deux joueurs qui viennent expliquer ou bousculer gentiment pour que les choses se mettent en place." Alou Diarra correspond justement à ce profil, mais le capitaine bordelais manque toujours aux siens depuis son expulsion lors d'Auxerre-Bordeaux (0-1), le 16 octobre. Cette absence devrait se prolonger jusqu'au 27 novembre et la réception de Lille, suite à la décision de la Commission de discipline de la LFP (lire La clémence pour Diarra). Sans Diarra, les Bordelais ont enregistré une défaite à Chaban-Delmas devant Brest (0-2, 10e j.) et ce nul contrariant en Principauté. Ils ont l'occasion à partir de samedi d'effacer ces mauvaises impressions avec deux matches consécutifs à négocier sur leurs terres face à Valenciennes et Nancy, avant un déplacement dans le Vaucluse pour affronter Arles-Avignon. Pas de quoi pour autant réjouir Tigana: "A la maison, nous n'arrivons pas à nous exprimer. Nous avons déjà perdu deux fois à domicile. C'est surtout à Chaban-Delmas qu'il faut parvenir à se libérer et à moins s'exposer." Et ça vaudrait sacrément le coup de faire le plein à domicile. Malgré un début de saison toussoteux, les Girondins se trouvent, avec 15 points, à portée du podium. Tigana attend désormais de voir si son coup de gueule aura de l'effet.