Thuram persiste et signe

  • A
  • A
Thuram persiste et signe
@ Reuters
Partagez sur :

EQUIPE DE FRANCE - Si la Fédération ne sanctionne pas les joueurs, il démissionnera.

EQUIPE DE FRANCE - Si la Fédération ne sanctionne pas les joueurs, il démissionnera. Lilian Thuram ne regrette rien. Alors qu'il avait notamment demandé, le 2 juillet dernier lors du conseil fédéral, moins de deux semaines après la fameuse mutinerie de Knysna, que "les joueurs soient lourdement sanctionnés, et que Patrice Evra ne revienne plus jamais en équipe de France", le recordman français des sélections (142) a maintenu sa position, samedi, dans un entretien accordé au quotidien L'Equipe. "Pourquoi regretter ? Si je dis quelque chose, c'est que je le pense sincèrement", assène l'ancien latéral droit des Bleus. Et le Guadeloupéen n'a pas l'intention d'épargner Patrice Evra: "En présence du capitaine, le président Escalettes et d'autres membres de la FFF ont demandé à Anelka de faire des excuses publiques. Il a refusé. Evra sait donc que le joueur refuse et derrière, il cautionne cette grève". Un épisode du bus qui, pour lui, "implique énormément de choses" dont des "conséquences dans la société française". Des faits que l'ancien capitaine des Bleus précisent ensuite. "S'il n'y a pas de sanctions, je partirai" "Par leur geste, les joueurs ont été capables de réveiller le racisme latent dans la société. Nous sommes dans le raccourci: «Les problèmes viennent du fait qu'il y a trop de noirs en équipe de France». Quand vous arrivez à ce point à réveiller les mauvais côtés de la société, c'est que vous avez une responsabilité", lance un Thuram toujours aussi remonté, qui ne veut pas croire à la théorie de la "solidarité" durant la grève: "C'est évidemment une stratégie de leaders." Des leaders, comme Evra, avec qui il a tenté de discuter: "Je lui ai laissé un message, mais il ne m'a pas rappelé depuis. Je le regrette". Pour le reste, Lilian Thuram attend désormais des sanctions contre "ceux qui ont initié cet acte", et approuve, "même si elle aurait dû débuter dès la fin de la Coupe du monde", l'enquête initiée par la FFF. Si celle-ci n'aboutit pas, il quittera le conseil fédéral: "Ça m'énerve qu'on parle toujours des joueurs comme s'ils étaient irresponsables. S'il n'y a pas de sanctions, je partirai. Si on repart sans sanction forte, pensez-vous qu'il y a aura une moralité dans l'histoire ?"