Thorpe, retour en eaux calmes

  • A
  • A
Thorpe, retour en eaux calmes
@ MAXPPP
Partagez sur :

NATATION - Le champion australien a effectué un timide retour à la compétition, vendredi.

Cinq titres olympiques, 11 titres de champion du monde en grand bassin, 17 records du monde battus, plus jeune champion du monde à l'âge de 15 ans et trois mois : pendant six ans, entre les Mondiaux de Perth, en 1998, et les Jeux olympiques d'Athènes en 2004, l'Australien Ian Thorpe a été le mètre étalon de la natation mondiale.

Cinq ans après l'annonce de sa retraite internationale à l'âge de 24 ans, et neuf mois après l'officialisation de son retour, celui que l'on a surnommé la "Thorpille" a nagé en compétition, vendredi, lors d'une manche de Coupe du monde en petit bassin à Singapour. Et s'il n'a pas totalement coulé en se qualifiant pour la finale avec le deuxième temps de sa série, Thorpe n'a pas totalement émergé non plus.

Thorpe finit septième du 100 m 4 nages :

L'Australien a terminé septième de la finale du 100 m 4 nages, à plus de trois secondes du vainqueur (56"33 contre 53"06). "Ce n'est pas trop mal, je ne suis pas gêné, je suis encore souriant", a déclaré Thorpe. Même si le 100 m 4 nages est loin d'être sa spécialité, cette avant-dernière place est la preuve que rien ne sera facile pour l'ancien roi des 200 et 400 m nage libre.

"Un échec est l'issue la plus probable"

Thorpe avait tenté un premier retour en décembre 2005. Mais celui-ci avait fait pschitt. Dans un sport de plus en plus concurrentiel et en constante évolution, les doutes sont permis sur sa future compétitivité. "Je ne m'attends pas à de la patience de la part des gens qui voudraient me voir bien faire et ce tout de suite. Mais c'est ainsi. Je n'ai pas nagé pendant longtemps et je dois voir où j'en étais il y a 12 mois et où j'en suis maintenant", a-t-il déclaré après sa finale, vendredi. La veille, il avait lui-même évoqué la possibilité d'un échec.

Ian Thorpe (930x620)

© REUTERS

"Un échec est l'issue la plus probable et franchement, cela m'est égal. J'aime ce que je fais. Je suis content de mes entraînements et ravi d'avoir cette opportunité." Cette opportunité, c'est celle de pouvoir lutter pour un ticket pour les Jeux olympiques de Londres.

Les JO de Londres dans le viseur

Lors de ces cinq ans hors des bassins, Thorpe a été dans l'oeil du cyclone de la lutte antidopage. En mars 2007, un article de L'Equipe révèle qu'un contrôle effectué en mai 2006 sur le nageur présente des résultats anormaux. L'Agence australienne antidopage confirme par la suite que Thorpe a fait l'objet d'une enquête en raison de valeurs anormales de testostérone et d'hormone lutéinisante, deux substances produites naturellement par le corps.

Finalement blanchi par la Fédération internationale, Thorpe échappe à toute suspension et peut aujourd'hui prétendre concourir contre les meilleurs. Et parmi les meilleurs, figure Michael Phelps, qu'il avait battu en finale du 200 m, à Athènes, en 2004. 

Thorpe domine Van den Hoogenband et Phelps en 2004 :

"Si vous voulez parler de rivalité, je pense que mon plus grand rival est le temps. Parce que je ne suis pas le genre de personne qui se motive en essayant de battre les autres", a expliqué Thorpe, qui va continuer à peaufiner son retour, sans pression. L'Australien sera au départ du 100 m papillon, dimanche, puis participera encore ce mois-ci aux étapes de Coupe du monde de Pékin et Tokyo.

"Je suis vraiment ravi de la façon dont j'ai progressé ces derniers mois. Je peux voir à quel point j'ai amélioré ma forme, ma force et mon endurance (...) "Je sais que j'avance et c'est un juste un pas sur un long chemin", a conclu Thorpe, vendredi. Son but : atteindre son pic de forme en mars prochain lors des terribles sélections australiennes, porte d'entrée vers les Jeux olympiques.