Teulet: "Si on fait chier, tant mieux..."

  • A
  • A
Teulet: "Si on fait chier, tant mieux..."
Partagez sur :

Equipe surprise du Top 14 lors du précédent exercice, Castres confirme cette saison dans l'indifférence générale ou presque. A l'heure de recevoir Biarritz en ouverture de la 25e journée, un match qui pourrait les propulser en phase finale en cas de victoire, les hommes du duo Travers-Labit pointent pourtant à la troisième place. Une performance pas assez soulignée au goût du buteur tarnais.

Equipe surprise du Top 14 lors du précédent exercice, Castres confirme cette saison dans l'indifférence générale ou presque. A l'heure de recevoir Biarritz en ouverture de la 25e journée, un match qui pourrait les propulser en phase finale en cas de victoire, les hommes du duo Travers-Labit pointent pourtant à la troisième place. Une performance pas assez soulignée au goût du buteur tarnais. Castres, troisième à la veille de l'avant-dernière journée, est-ce une surprise pour vous ? (Enervé) Est-ce vraiment une surprise au vu de ce que l'on fait depuis le début de la saison, et de ce que l'on a fait l'an passé ? Je ne suis pas sûr. J'ai l'impression qu'à chaque fois que l'on parle de Castres, c'est pour dire que c'est une surprise, je sens qu'on fait chier tout le monde. C'est incroyable. Au vu du travail qui est fait depuis maintenant deux ans, au vu de la qualité de l'effectif, de l'encadrement, on prouve aujourd'hui qu'on sait ne pas faire que défendre, que jouer au pied. On a quand même des atouts. Répondre à ce genre de question m'agace un peu parce qu'on a l'impression qu'on est l'équipe surprise qui dérange, qui fait chier un peu tout le monde. Si on a cette position, tant mieux, qu'on continue... Aujourd'hui, ce serait bien qu'on dise que Castres est le onzième budget français qui l'optimise au maximum. On arrive à se mêler à la course en étant le onzième ou douzième budget français. Cela, personne ne le signale. Si on parle peu de Castres, une "injustice" pour Laurent Travers, cette discrétion vous permet aussi de mieux travailler selon votre entraîneur. Est-ce aussi votre sentiment ? C'est vrai aussi. Mais à un moment donné, il faut savoir prendre les lauriers quand on les mérite. Il faut mettre en avant le boulot qui est fait par l'encadrement mais aussi l'adhésion des joueurs à ce qui est proposé en terme de projet de jeu. On est capable de mettre des équipes en avant avec des effectifs pléthoriques, on doit être capable de faire de même avec le CO. Je trouve qu'il y a une impartialité énorme de ce côté-là. Par contre, aujourd'hui, c'est vrai qu'on a rien gagné. Peut-être que lorsque l'on gagnera un titre, on sera reconnu à notre vraie valeur. Aujourd'hui ce n'est pas le cas, et je sais qu'il y a encore du chemin. "On est dans les clous" Y pensez-vous à ce titre ? Non, on ne parle pas du tout de ça, on parle surtout de la réception de Biarritz qui s'annonce très difficile. C'est une équipe expérimentée qui a l'habitude des grands rendez-vous, qui est très en forme. On se concentre uniquement sur ce match. On est rigoureux et on prépare ce match avec sérieux, du mieux possible. Il reste deux matches, et si on gagnait demain (ndlr, vendredi), on confirmerait ce qu'on a fait l'an passé. Il y aurait alors une grande probabilité qu'on soit qualifiés même si ça dépendrait des résultats des autres matches, en sachant que le championnat est très compact, très serré. J'espère qu'on va confirmer la balle saison passée. L'année dernière, on était la révélation et la surprise, cette année, ce serait seulement une confirmation, il ne serait plus question de surprise. Il faut mettre en avant le travail fourni et effectué. Réussir à confirmer, est-ce une fierté ? La saison 2 est toujours plus difficile. Il y a eu un changement d'encadrement, de nouveaux joueurs mais la mayonnaise s'est vite faite. Après une saison qui s'est malheureusement terminée un peu en queue de poisson (défaite sévère en barrage contre Toulouse, ndlr), on était attendu. A deux journées de la fin, on est dans les clous. J'ose espérer que d'ici quinze jours, trois semaines, je pourrai vous dire qu'on a confirmé notre bonne saison passée, l'objectif depuis le début étant les barrages. Si possible à domicile ? Aujourd'hui, on est troisième. Si on arrivait à conforter cette place, on recevrait. On aurait donc franchi un cap par rapport à l'année précédente. On espère pouvoir rester là et s'il y a une opportunité d'aspirer à mieux, on va essayer de ne pas s'en priver mais ça ne dépendra pas que de nous. Aujourd'hui, on a les cartes en main. "Cela serait prétentieux et mal placé de dire qu'on a la possibilité de pouvoir jouer un titre" Biarritz vendredi, Perpignan dans quinze jours, êtes-vous déjà entrés en mode phase finale On abordera ce match comme un huitième de finale. Si on arrivait à battre le BO de sept points, on conforterait notre position et ça serait un adversaire direct à la qualification sur lequel on prendrait l'ascendant. Ce match est très important pour nous. C'est le dernier match de la saison à Pierre-Antoine. On aimerait bien que notre citadelle reste inviolée jusqu'à la fin. On veut marquer le coup car ça fait des années que ce n'est pas arrivé et que certains joueurs cadres vont nous quitter. Ce serait important de finir sur une bonne note avec ces joueurs qui ont porté le maillot depuis plusieurs année avec le plus grand des mérites. D'un point de vue personnel, vous avez passé la barre des 2000 points en championnat. Vous êtes l'une des armes de Castres, comment appréhendez-vous ce genre de rendez-vous où vous êtes forcément attendu ? Je ne me mets pas plus de pression que cela, je sais que le rôle de buteur est déjà un rôle ingrat. J'essaie vraiment de rester dans mes paramètres, d'être efficace comme je peux l'être parfois. C'est dans ce domaine-là que je vais essayer de tenir ma position. Il n'y a pas de pression particulière. Des matches, on en joue, on en répète, on en fait des bons, des moins bons. Sur ce genre de rencontre, il faut rester le plus concentré possible pour ne pas avoir de regrets mais quelques fois on ne maitrise pas tout. J'essaye d'être le plus calme possible même si je sais que dans ce genre de rencontres, les buteurs ont un rôle important. Malgré tout, le temps s'est levé avec des vents de 90 ou 100 km/h. Le buteur aurait eu un rôle primordial si les conditions n'étaient pas celles-là. Ce sera une donnée importante malgré tout mais je pense que ce sera dans d'autres secteurs que ça risque de se jouer demain. Si Castres n'est plus une surprise, est-ce que le CO ferait un champion surprise ? Un champion surprise ? C'est une question de journaliste ça. Cela serait prétentieux et mal placé de dire qu'on a la possibilité de pouvoir jouer un titre. Ce n'est pas un manque d'ambition mais il faut déjà se qualifier. Ça peut aller très vite, sur un match tout peut s'enchaîner très vite. On l'a vécu à nos dépens l'an passé, en quart de finale, face à Toulouse, on avait pu voir une équipe très expérimentée qui avait l'habitude de jouer ces matches de haut-niveau. On s'est fait punir. J'espère qu'on a retenu la leçon et qu'on pourra montrer notre meilleur visage. Si on doit sortir, j'espère que ce sera la tête haute. Une chose est sûre, il y a du potentiel dans cette équipe et on n'est pas là par hasard. A nous d'être au maximum de notre potentiel, c'est le plus difficile quand on arrive en fin de saison.