Terol, le dernier roi

  • A
  • A
Terol, le dernier roi
Partagez sur :

En assurant le coup avec sa 2e place à Valence, Nicolas Terol (Aprilia) est officiellement le dernier champion du monde de la catégorie 125 cc, au terme de l'ultime Grand Prix de la saison. Mais l'Espagnol était de toute façon certain d'être couronné dès le septième tour, au moment de l'abandon de Johann Zarco (Derbi). Maverick Vinales (Aprilia) a remporté la course avec trois secondes d'avance sur Terol.

En assurant le coup avec sa 2e place à Valence, Nicolas Terol (Aprilia) est officiellement le dernier champion du monde de la catégorie 125 cc, au terme de l'ultime Grand Prix de la saison. Mais l'Espagnol était de toute façon certain d'être couronné dès le septième tour, au moment de l'abandon de Johann Zarco (Derbi). Maverick Vinales (Aprilia) a remporté la course avec trois secondes d'avance sur Terol. Il y a cru jusqu'au bout, mais ça n'aura finalement duré que sept tours. Le temps, en fait, que Johann Zarco sorte de piste et abandonne. Dur, mais pas forcément cruel puisque Nicolas Terol a largement fait le boulot pour assurer la conquête du titre à domicile, au Grand Prix de Valence. Classé 2e à 3"216 du vainqueur du jour, son compatriote Maverick Vinales (qui l'a emporté en 41'44"138), l'Espagnol n'a donc pas été inquiété. Il devient ainsi le dernier champion du monde de l'histoire de la catégorie 125 cc, qui sera remplacée l'an prochain par la Moto3. Terol s'élançait pourtant de la troisième ligne, alors que Zarco avait pris la 3e position des qualifications, au côté de l'autre Français Louis Rossi (10e au final). Pour décrocher un improbable Graal, le pilote Derbi devait gagner, bien sûr, et espérer que son rival ne fasse pas mieux que 12e. Bref, il lui fallait surtout compter sur une éventuelle panne ou sortie de piste, mais il est évident que le loustic n'allait pas faire de folies sur cette dernière course de la saison. Du haut de ses 23 ans, le nouveau roi a supporté la pression sans aucun problème. "Le plus beau moment de ma vie" Paré d'une tunique avec des dessins de lauriers, afin de représenter son tout frais statut, Terol pouvait laisser éclater sa joie à la sortie du podium. "C'est un rêve, déclarait-il ainsi devant les caméras d'Eurosport. J'ai vraiment beaucoup attaqué lors de chaque course, c'est un moment exceptionnel. Le plus beau de ma vie." Après avoir commencé sa carrière à 17 ans en 2005, le natif d'Alcoy boucle la boucle sur ses terres quasiment natales. Après avoir terminé 3e du général il y a deux ans, puis 2e l'an passé, la progression est aussi superbe que linéaire. Quant à Zarco, sa saison secelui survenu aux Etats-Unis. Mais le bilan de son exercice s'avère bien sûr très positif pour le nouveau vice-champion du monde, récompensé par une victoire au Japon. Plusieurs moments charnière lui serviront à l'avenir, à commencer par cet incroyable loupé lors de l'arrivée à Misano, où Terol l'a dépassé au finish et emporté de 24 millièmes en profitant d'une attitude étrange du Français. On ne devient pas le meilleur en un claquement de doigts, et le parcours du nouveau roi en atteste.