Telefonica marque son territoire

  • A
  • A
Telefonica marque son territoire
Partagez sur :

Un sans-faute ! La première étape de la Volvo Ocean Race entre Alicante et Le Cap a été remportée samedi soir par l'équipage espagnol de Telefonica qui aura mis 21 jours 5 heures 14 minutes et 25 secondes pour boucler les 6500 milles théoriques du parcours. Longtemps à la lutte avec Puma, qui a démâté au large du Brésil, les hommes d'Iker Martinez ont impressionné. Camper-Emirates Team New Zealand prend la deuxième place.

Un sans-faute ! La première étape de la Volvo Ocean Race entre Alicante et Le Cap a été remportée samedi soir par l'équipage espagnol de Telefonica qui aura mis 21 jours 5 heures 14 minutes et 25 secondes pour boucler les 6500 milles théoriques du parcours. Longtemps à la lutte avec Puma, qui a démâté au large du Brésil, les hommes d'Iker Martinez ont impressionné. Camper-Emirates Team New Zealand prend la deuxième place. La belle année d'Iker Martinez se poursuit ! Deuxième de la dernière Barcelona World Race derrière le tandem composé de Jean-Pierre Dick et Loïck Peyron en avril dernier à bord de l'ancien Foncia de Michel Desjoyeaux, l'Espagnol, accompagné de son fidèle compère Xabi Fernandez, a frappé fort ce samedi en remportant la première étape de la Volvo Ocean Race entre Alicante et Le Cap, au terme de 6500 milles menés de main de maître. L'équipage de Telefonica, composé de sept Espagnols, deux Australiens, un Brésilien et un Britannique, a en effet quasiment tout le temps fait la course dans le paquet de tête. Rapidement débarrassé de la concurrence d'Abu Dhabi (démâtage), de Team Sanya (avarie de coque) et de Groupama 3, parti se perdre dans une stratégie risquée et au final peu fructueuse le long des côtes africaines, Telefonica a ensuite livré un duel de toute beauté avec les Américains de Puma qui s'est, malheureusement pour ces derniers, achevé le 21 novembre au large du Brésil par un démâtage synonyme d'abandon, le troisième sur les six bateaux au départ d'Alicante le 5 novembre. Dès lors, le team espagnol n'a eu qu'à contrôler les Néo-Zélandais de Camper, chose faite samedi en fin de journée après mis 21 jours 5 heures 14 minutes et 25 secondes. Groupama troisième "C'est une sensation fantastique, a confié une fois le pied posé à terre Iker Martinez, double médaillé olympique de 49er avec Xabi Fernandez, les deux hommes étant passés par la suite, avec le succès que l'on connaît, au large. C'est quelque chose dont on ne peut que rêver. Nous avons vu ce qui pouvait se passer et avons accompli bien plus que ce dont nous pensions être capables." Et son navigateur Andrew Cape d'ajouter: "Nous n'avons eu aucun souci pendant l'étape. C'est vraiment bon d'être de retour sur la terre ferme. C'était mouillé et froid, mais c'est toujours génial d'être en mer." Un peu plus de 16 heures plus tard, dimanche matin en Afrique du Sud, Camper-Emirates Team New Zealand en a à son tour terminé avec cette première étape, après 21 jours, 21 heures, 48 minutes et 4 secondes. "Une étape difficile pour le skipper Chris Nicholson. On voulait aller à la côte le long de l'Afrique et on y est allés pendant un temps, mais c'était la mauvaise option. On a passé 20 jours à rattraper cette décision - on aurait adoré être au contact avec Telefónica et Puma. Les conditions étaient assez rudes, on a pu le voir avec tous les problèmes à bord des bateaux. Notre bateau est entier et on va bien. Mais justement, c'est un bon bateau et on peut mieux faire." Franck Cammas partagera sans doute le constat lorsqu'il mettra lui aussi pied à terre, sans doute lundi, l'équipage de Groupama ayant payé cher son erreur de stratégie qui l'aura conduit à faire la course seul, loin derrière ses rivaux. A l'arrivée, le tem français prendra cependant la troisième place de l'étape et du général derrière le leader, Telefonica, et Camper. Prochain rendez-vous pour tout ce petit monde: le 10 décembre pour la régate «in-port» du Cap avant un départ le lendemain vers Abu Dhabi.