Tamgho: "Je suis un homme de défi"

  • A
  • A
Tamgho: "Je suis un homme de défi"
Partagez sur :

A l'aube de l'ouverture des championnats d'Europe en salle de Bercy (4-6 mars), le Français Teddy Tamgho, fraîchement auréolé d'un record du monde en salle du triple saut en 17,91 m, est revenu lundi à L'Insep, à l'occasion d'une rencontre organisée à l'initiative d'Areva autour du film "La Ligne Droite", sur ses choix, ses performances et ses ambitions pour une compétition où il doublera triple saut et longueur.

A l'aube de l'ouverture des championnats d'Europe en salle de Bercy (4-6 mars), le Français Teddy Tamgho, fraîchement auréolé d'un record du monde en salle du triple saut en 17,91 m, est revenu lundi à L'Insep, à l'occasion d'une rencontre organisée à l'initiative d'Areva autour du film "La Ligne Droite", sur ses choix, ses performances et ses ambitions pour une compétition où il doublera triple saut et longueur. Teddy, les 18 mètres représentent-ils une obsession pour vous lors de ces Championnats d'Europe ? Non, pas du tout. Si je gagne avec 17 mètres, je serai content. Lors des Championnats de France à Aubière en février (au cours desquels il a battu le record du monde), vous allez extrêmement loin après votre deuxième bond, mais vous n'engagez pas vraiment derrière... Ce qui s'est passé, c'est que je suis arrivé très très vite sur la planche. Beaucoup plus rapidement que lors de mon saut à 17,91 mètres. Après c'est la même logique qu'une voiture: plus elle va vite, plus elle fait de la distance. Je me suis donc retrouvé super loin après le deuxième bond et la perception du sable à un mètre de moi à ce moment-là m'a perturbé et j'ai oublié de terminer mon saut. J'ai fait une grosse erreur car j'avais encore de l'énergie à revendre, mais cet incident va me permettre d'apprendre pour l'avenir. Vous avez une idée de la distance à laquelle vous étiez après ce deuxième bond ? Je pense que j'ai atterri à 12 mètres, soit à un mètre du bord, et ce avec de la vitesse en prime. Il y a des sauteurs qui arrivent à cette distance après leur deuxième bond mais qui vont faire 5,50 mètres sur leur dernier pour retomber à 17,50 mètres. Moi, je ne rentre pas dans ce cas-là, dans la mesure où je suis capable d'arriver à 12 mètres avec énormément de vitesse derrière. Ce saut-là confirme-t-il bien l'idée que vous pouvez franchir ces 18 mètres ? Tout ceux qui me suivent depuis les juniors m'ont déjà vu réalisé des sauts mordus à 18 mètres. J'ai le potentiel. Maintenant, il faut le mettre sur un bout de papier pour l'officialiser, sinon ça ne sert à rien. Compte tenu de votre potentiel et de votre âge (21 ans), certaines personnes n'hésitent pas à dire que vous êtes capable d'atteindre les 18,50 mètres, qu'en pensez-vous ? Pour l'instant, je ne suis qu'à 17,98 mètres (en plein air). J'espère en tout cas que ces personnes me porteront bonheur. Mais le triple saut, c'est complexe. On peut être le plus fort possible et ne pas répondre présent le jour J si la technique, le physique ou le mental ne sont pas au top. C'est l'alchimie de tous ces paramètres qui fait la différence. C'est ça, le sport de haut niveau. "Lavillenie, c'est un maître" L'équipe de France aborde ces Championnats d'Europe avec un statut de favori. Est-ce l'effet Barcelone ? Moi, je ne l'ai pas senti personnellement (Tamgho n'a pris «que» la troisième place à Barcelone alors qu'il abordait la compétition en tant que leader au bilan mondial du triple saut) ! Mais j'ai senti l'impact qu'ont eu les Championnats de Barcelone sur l'athlétisme quand j'ai voulu inviter "une équipe" à Bercy et que l'on m'a répondu qu'il n'y avait plus de place! C'est grave (rires) ! C'est surtout énorme pour l'athlétisme de voir que Bercy sera plein pendant trois jours. Vous êtes une tête d'affiche de ces Championnats, cela vous rajoute-t-il une pression supplémentaire ? C'est très flatteur d'être considéré en tant que tel, mais je ne suis pas tout seul. On a Romain Lavillenie qui est aussi numéro 1 mondial et qui enchaîne les concours à plus 5,80 mètres, ce que même Galfione ne faisait pas. C'est vraiment un maître. Il y a aussi Myriam Soumaré qui réalise de bonnes choses sur 60 mètres. Après votre déception de Barcelone, avez-vous à coeur de montrer que vous êtes prêt mentalement ? Barcelone, c'est fini ! Là où je veux surtout répondre présent, c'est sur les Jeux olympiques. Mais d'ici là, il y des points de passage comme Bercy. Il faudra bien y figurer et emmagasiner de l'expérience dans l'optique de Londres en 2012. Ma revanche, je la prendrai là-bas ! "Ma revanche, je la prendrai à Londres" Vous allez doubler le triple saut avec la longueur. Certains ne voient pas cela d'un bon oeil, prétextant que vous devriez vous concentrer essentiellement sur votre discipline de prédilection... Quand j'ai pris la décision d'aller m'entraîner avec Ivan Pedroso, ces mêmes gens ont dit que je faisais une connerie. Aujourd'hui, j'ai fait 17,91 mètres en triple et 8,01 mètres à la longueur, c'est tout ce que j'ai à leur répondre. Comptez-vous poursuivre après Bercy sur la longueur ? Ça dépendra de mes résultats aux Championnats d'Europe en salle. Nourrissez-vous les mêmes ambitions à la longueur qu'au triple saut ? Je ne vais pas vous cacher que si je m'y engage, ce n'est pas pour faire dixième. J'ai bien conscience que je n'y suis pas aussi fort qu'au triple, mais le jour J, ce n'est pas forcément celui qui a le meilleur record qui gagne. Le concours peut très bien se remporter à 7,90 mètres. Quelle est l'idée derrière cette participation à la longueur ? Je suis un homme de défi. Je veux prouver que je suis capable d'être à la fois un sauteur en longueur et un triple sauteur. J'ai commencé le triple par le saut en longueur. J'avais fait une compétition en salle en junior où j'étais retombé à 7,72 mètres. Derrière, les Championnats du Monde juniors s'étaient gagnés à 7,74 mètres, cela m'avait donné quelques remords de ne pas y avoir participé. Cela ne multiplie-t-il pas les risques de blessure tout de même ? Aux Jeux olympiques, Usain Bolt enchaîne 100, 200, 4x100 mètres et est-ce qu'il se blesse ? Et Tatyana Lebedeva ? Elle arrive à coupler des performances à plus de 7 mètres à la longueur et des triples bonds à 15,32 mètres, si je ne me trompe pas. Elle est, entre autres, double vice-championne olympique en titre et elle a déjà réalisé le doublé aux Championnats du monde en 2004. Elle a montré que c'était possible, donc pourquoi n'en serais-je pas capable ?