Tamgho et Compaoré faciles

  • A
  • A
Tamgho et Compaoré faciles
@ Reuters
Partagez sur :

ATHLE - Tamgho et Compaoré ont aisément croqué les 16.75m nécessaires pour se hisser en finale.

ATHLE - Tamgho et Compaoré ont aisément croqué les 16.75m nécessaires pour se hisser en finale. Deux chercheurs d'or... Teddy Tamgho et Benjamin Compaoré auront leur mot à dire, jeudi en finale du concours du triple saut. Les deux Tricolores figurent parmi les références européennes de la discipline, avec évidemment une mention spéciale pour Tamgho champion et recordman du monde en salle qui fait figure d'extra-terrestre tellement il semble facile. Ils l'ont de nouveau prouvé, mardi lors des qualifications. Un passage obligé qui ne pouvait leur faire peur puisqu'il s'agissait de dépasser les 16.75 m. Malgré un premier saut mordu de très peu pour les deux, ils ont assuré le coup dans la foulée afin de ne pas trop perdre d'énergie avant une finale qui s'annonce disputée. Résultat: Teddy Tamgho a réalisé un 17.37 m en «ramenant» debout tandis que Benjamin Compaoré a claqué un 17.19 m en laissant traîner sa main ce qui lui a fait perdre 10 à 20 bons centimètres. Seul l'Ukrainien Viktor Kuznyetsov a réussi à s'intercaler entre les deux Tricolores (17.22 m). Malgré cela, le champion et recordman du monde en salle français pointe plutôt du doigt son copain Compaoré et le Britannique Phillips Idowu (4e en qualifications avec 17.10 m) comme ses deux plus grands rivaux pour le titre européen. "Idowu est un très bon concurrent et surtout il fait la deuxième meilleure performance européenne de l'année. Ça va être un sacré concurrent pour la victoire mais je sais ce que je suis capable de faire", précise Tamgho à l'antenne de France Télévisions. Objectif: les deux sur le podium A ses côtés, Benjamin Compaoré, tout sourire, explique à l'antenne de France 3: "Je suis très serein et confiant. C'était quand même une erreur de mordre sur le premier essai mais on savait que ça allait passer sur le deuxième." De fait, ils possèdent tous les deux une vraie marge de manoeuvre à ce niveau. Et puis, en regardant les images du saut de Compaoré, Tamgho intervient pour pointer du doigt les qualités de son pote: "Il fait 17.19 sans vraiment courir et il laisse traîner sa main, ce qui lui fait perdre 20 bons centimètres." Deux amis, une même ambition de devenir champion d'Europe. Ils assurent que si l'un d'eux repart paré d'or, leur joie sera aussi intense. Cela n'exclut pas qu'ils puissent tous les deux grimper sur le podium, jeudi. Il conviendra de soigner les petits bobos. Si Tamgho assure être à 100% après le décollement de l'aponévrose dont il a été victime lors des championnats de France, Compaoré, lui, souffre d'une talonnade. "Au premier essai, c'est vrai que j'ai ressenti une douleur, mais avec le staff et les kinés de l'équipe de France, on va bien gérer ça pour atténuer la douleur pour la finale", juge-t-il. Atténuer la douleur, aller loin et rêver. Les deux compères ont les moyens d'aller très loin. A eux de nous régaler.