Szarzewski: "Triste de voir partir Guazzini"

  • A
  • A
Szarzewski: "Triste de voir partir Guazzini"
Partagez sur :

S'il est actuellement à Marcoussis pour préparer la prochaine Coupe du monde, Dimitri Szarzewski n'en oublie pas pour autant les déboires du Stade Français. Ravi de l'arrivée de Thomas Savare à la tête du club, le talonneur international n'en oublie pas pour autant de saluer le désormais ex-président, l'emblématique Max Guazzini.

S'il est actuellement à Marcoussis pour préparer la prochaine Coupe du monde, Dimitri Szarzewski n'en oublie pas pour autant les déboires du Stade Français. Ravi de l'arrivée de Thomas Savare à la tête du club, le talonneur international n'en oublie pas pour autant de saluer le désormais ex-président, l'emblématique Max Guazzini. Dimitri, avez-vous suivi l'évolution de la situation au Stade Français ? Oui, j'ai suivi ça de très près. On était dans une situation embarrassante, ce n'était pas évident à vivre. On se posait beaucoup de questions. On n'avait pas beaucoup de réponses. Etes-vous désormais rassuré ? Oui, rassuré. Mais je suis quand même un peu triste de voir Max Guazzini quitter ce club. Quand j'ai signé au Stade Français, c'est lui qui m'a fait venir. Donc c'est quelque chose d'assez émouvant. Mais je reste ravi qu'ils aient trouvé des solutions. Je suis content que Thomas Savare devienne le président du club. On avait besoin de lui et il a répondu présent. Ça permet au Stade Français de rester en haut de l'affiche et c'est plutôt rassurant pour tous les joueurs. Le Stade Français sans Max Guazzini, est-ce encore le Stade Français ? C'est une page qui se tourne. D'après ce que j'ai entendu, le nouveau président souhaite perpétuer les valeurs du Stade Français, donc on va voir. Mais ça change pas mal de choses car Max était un président atypique. Mais on est obligé de passer par là, et ça sera différent de toute manière. Le calendrier des Dieux du Stade va-t-il disparaître ? Le calendrier, je ne sais pas. Peut-être que Max continuera, mais je n'en ai aucune idée. Mais bon, ce n'est pas le calendrier qui me manquera le plus. (rires) "Si tout l'effectif est là..." Confiant pour la saison prochaine ? Oui, je pense que ça va plutôt bien se passer. Après, je ne sais pas encore tout, on attend d'avoir plus d'informations pour cette année. Normalement, si tout l'effectif est là, ça devrait bien se passer. Il y a eu un recrutement assez conséquent. Tous les clubs se renforcent, donc on était obligé de passer par là. On va voir. Des rumeurs vous ont annoncé du côté de Toulouse... J'ai appris ça par la presse. Un tel transfert pourrait-il vous intéresser ? Ca intéresse surtout la presse pour le moment. Moi je ne me suis pas posé la question parce que je n'ai pas eu de contacts directs. Un dernier mot sur Béziers, votre club formateur, qui fait son retour en Pro D2... J'ai suivi les matches. Je suis très heureux que Béziers intègre la Pro D2. J'espère qu'ils vont continuer comme ça et se maintenir l'année prochaine, et à l'avenir, revenir en Top 14. Avec Dimitri Szarzewski au talonnage ? (rires) Ca, on ne sait pas. Il ne faut jamais dire jamais. On ne sait pas comment ça peut se passer. Mais je suis très content pour Béziers, c'est une ville qui vit autour du rugby. Ils méritent de retrouver le professionnalisme.