Szarzewski: "J'ai les dents longues"

  • A
  • A
Szarzewski: "J'ai les dents longues"
Partagez sur :

Un an après sa dernière cape chez les Bleus et surtout après sept mois passés loin des terrains, Dimitri Szarzewski jouera samedi, à Bordeaux, face à l'Irlande, son premier match depuis son opération du tendon d'Achille en janvier dernier. En l'absence du taulier au talonnage, William Servat, lui-même blessé, le Parisien veut saisir sa chance.

Un an après sa dernière cape chez les Bleus et surtout après sept mois passés loin des terrains, Dimitri Szarzewski jouera samedi, à Bordeaux, face à l'Irlande, son premier match depuis son opération du tendon d'Achille en janvier dernier. En l'absence du taulier au talonnage, William Servat, lui-même blessé, le Parisien veut saisir sa chance. Dimitri, est-ce que vous mesurez aujourd'hui plus que jamais le chemin parcouru depuis votre blessure ? C'est une grande satisfaction. Il y a sept mois, je me posais beaucoup de questions. Aujourd'hui, le fait de débuter un match et de jouer les matches de préparation, c'est un aboutissement après tout ce travail accompli pour revenir à temps et plus fort. Maintenant, ce n'est que le début, j'ai envie de dire et à moi de donner le maximum. Malgré tout, j'ai un petit peu d'appréhension, mais énormément d'envie, j'ai les dents longues quand on n'a pas joué depuis sept mois, ça manque un peu le terrain. Bien sûr qu'il me tarde d'y être, mais on n'est pas encore tout frais, donc tout ne sera peut-être pas parfait samedi, même si mon l'espère. Appréhendez-vous cette première entrée en mêlée, qui risque de venir de loin ? Oui, encore ce matin (jeudi), on a fait des mêlées en opposition. On travaille bien, mais ça ne remplace pas les mêlées de match. Ça devrait bien se passer. Il y a de l'appréhension, bien sûr. Ma dernière sélection avec l'équipe de France remonte à un an maintenant (défaite 41-13 face à l'Argentine, lors de la tournée d'été 2010, ndlr). Mais c'est de la pression positive "Concentrés et imperturbables: la clé de notre réussite" Quel objectif sur ces deux matches de préparation ? C'est vrai qu'on a abattu pas mal de boulot, on a fait des entraînements très intenses, mais ce match doit valider tout ce qu'on a accompli jusqu'à présent, même si la préparation n'est pas terminée. Il ne faut pas se focaliser uniquement sur ce match, l'objectif reste la Coupe du monde. Ce sont des matches de préparation, mais on ne va pas les galvauder. On va tout faire pour gagner ces deux matches, être le plus performant possible et essayer de mettre en place ce qu'on a travaillé à l'entraînement. Sentez-vous l'ambiance du groupe devenir plus studieuse à l'approche du match ? Non, franchement durant toute cette préparation, on a été bien concentré. Bien sûr, parfois, avec la fatigue, il y a eu des moments plus difficiles et il était plus délicat de rentrer dans l'entraînement. Mais jusqu'à présent, il y a eu e la qualité et de l'intensité. Je ne vois pas vraiment de changements, même si cet après-midi (jeudi) et demain (vendredi), les séances seront particulières avec la mise en place des stratégies et la révision de tous nos lancements de jeu. Comme c'est le cas en tournées ou durant le Tournoi. Est-ce que le résultat de ces matches peut avoir une influence sur la confiance ? Il ne faut pas s'arrêter là ; même si on arrive à faire de belles choses, ça ne voudra pas dire que durant la Coupe du monde, on n'aura pas de soucis, et inversement. Donc rester concentrés et imperturbables, je pense que c'est la clé de la réussite.