Sy atterrit à Gravelines

  • A
  • A
Sy atterrit à Gravelines
Partagez sur :

Auteur d'une saison très discrète aux Atlanta Hawks, qui l'avaient drafté en 2010, Pape Sy a choisi de rentrer en France le temps du lock-out. L'arrière français (23 ans, 1,98 m) s'est engagé vendredi pour un an avec Gravelines-Dunkerque et retournera en NBA une fois la grève patronale terminée. Une nouvelle recrue de choix pour le BCM.

Auteur d'une saison très discrète aux Atlanta Hawks, qui l'avaient drafté en 2010, Pape Sy a choisi de rentrer en France le temps du lock-out. L'arrière français (23 ans, 1,98 m) s'est engagé vendredi pour un an avec Gravelines-Dunkerque et retournera en NBA une fois la grève patronale terminée. Une nouvelle recrue de choix pour le BCM. Encore un joli coup pour Gravelines-Dunkerque. Après Ludovic Vaty, Andrew Albicy et Osiris Eldridge, le BCM a annoncé ce vendredi la signature de Pape Sy, qui boucle un recrutement haut de gamme de la part du club nordiste. Drafté au deuxième tour par les Atlanta Hawks en 2010, l'arrière français (23 ans, 1,98 m) n'a pas trop eu l'occasion de faire ses preuves en NBA, où il n'a joué en tout et pour tout que sept bouts de match - trois en saison régulière, quatre en playoffs - avec des statistiques logiquement proportionnelles à son temps de jeu (2,3 points, 1 rebond en 7 minutes). Mais s'il a tapé dans l'oeil d'une franchise, c'est que Pape Sy a du potentiel. Christian Monschau, qui l'a coaché au Havre avant son départ pour les Etats-Unis, le sait sans doute mieux que personne et a donc flairé le bon coup vu la situation de grève patronale qui paralyse la ligue nord-américaine depuis le 1er juillet. Présent dans le groupe maritime depuis la reprise de l'entraînement du BCM, mi-août, le NBAer a finalement décidé de prolonger son séjour de quelques semaines. Quelques mois si le lock-out dure plus longtemps. Mais que vaut-il vraiment ? Monschau: "Sa personnalité a évolué""Sa personnalité a évolué, a répondu dans La Voix des Sports l'entraîneur gravelinois. Le fait d'être drafté, ça n'a pas été neutre. Il a été blessé l'an passé, mais est revenu pour jouer des bouts de matches en playoffs, avec Atlanta. Fouler les parquets de NBA, ça l'a beaucoup aidé, il l'a assumé de façon positive. Il a toujours eu une capacité à scorer, mais il avait une mentalité de joueur d'équipe. Ce qui s'est passé la saison dernière lui a donné la confiance pour aborder la compétition sous un autre angle." Pour sa première avec le maillot du BCM, jeudi soir en amical contre Boulogne-sur-Mer, Pape Sy a déjà impressionné son monde avec 22 points, 2 rebonds et 5 passes en... 21 minutes. Une copie prometteuse pour un joueur que le directeur exécutif de Gravelines, Hervé Beddeleem, a tout fait pour recruter. Le principal problème était de l'assurer durant le lock-out. Un obstacle loin d'être infranchissable. "Il faudra payer les primes liées à son assurance en NBA, expliquait dans Le Phare Dunkerquois le dirigeant nordiste avant que l'affaire soit entendue. Maintenant, Pape Sy n'a pas le salaire d'un (Joakim) Noah ou d'un (Tony) Parker. C'est beaucoup plus abordable." Concrètement, cela s'élèverait à 15.000 euros par trimestre. Un coût qui vaut le coup, surtout si le joueur des Atlanta Hawks, qui a une clause de sortie, reste aussi inspiré que lors de ses débuts.