Svindal combine les titres

  • A
  • A
Svindal combine les titres
Partagez sur :

Champion du monde en titre du super-combiné, Aksel Lund Svindal a gardé son bien lundi à Garmish-Partenkirchen. Meilleur temps de la descente dans la matinée, le Norvégien a assuré sur la manche de slalom pour s'imposer devant deux Italiens, Christof Innerhofer, l'homme de ces Mondiaux, déjà titré en Super-G et en bronze sur la descente, et Peter Fill.

Champion du monde en titre du super-combiné, Aksel Lund Svindal a gardé son bien lundi à Garmish-Partenkirchen. Meilleur temps de la descente dans la matinée, le Norvégien a assuré sur la manche de slalom pour s'imposer devant deux Italiens, Christof Innerhofer, l'homme de ces Mondiaux, déjà titré en Super-G et en bronze sur la descente, et Peter Fill. Svindal maître du super-combiné ! Le Norvégien était bien intouchable lundi à Garmisch-Partenkirchen en profitant il est vrai de l'absence des deux grands favoris de l'épreuve, Ivica Kostelic et Carlo Janka qui ont tous les deux décliné l'invitation. Mais les absents ont toujours tort. Personne n'en voulait, et Aksel Lund Svindal en a donc profité pour garder son titre. Mal embarqué depuis le début de ces Mondiaux, avec un abandon en Super-G et une cinquième place en descente, le désormais double champion du monde de la discipline a su résister aux assauts du triple médaillé mondiaux, Christof Innerhofer, de Peter Fill ou encore Benjamin Raich, et rajoute ainsi un quatrième titre à son palmarès mondial (descente et géant en 2007, combiné en 2009 et 2011). Auteur du meilleur temps en descente, le Norvégien a fait preuve d'une remarquable maîtrise pour conserver plus d'une seconde d'avance sur son dauphin au terme du slalom. "C'est formidable, j'en profite pour offrir ma médaille d'or à ma compagne pour la Saint-Valentin", s'est-il amusé devant les caméras d'Eurosport. Sans l'immense leader du général et de la discipline en Coupe du Monde, Ivica Kostelic, qui a fait le choix surprenant de renoncer à une médaille d'or pourtant quasi assurée, la course aux médailles était beaucoup plus ouverte. Après une première épreuve de descente ce lundi matin, Christof Innerhofer (3e) Ondrej Bank (5e) ou encore Silvan Zurbriggen (6e) semblait bien en course pour venir inquiéter le tenant du titre. Bode Miller et Ted Ligety était quant à eux déjà bien loin de la lutte au podium. La désillusion a été encore plus grande pour les deux Américains, tous deux partis à la faute sur la manche de slalom. Innerhofer, le tube des Mondiaux Après une descente décevante, le multi-médaillé Benjamin Raich est revenu de nulle part en signant le temps de référence provisoire. Avec les chutes consécutives de Ligety, Miller, Zurbriggen, qui a enfourché sur le haut du tracé, l'Autrichien s'est même mis à croire en ses chances de podium. Mais les redoutables Italiens sont alors entrés en piste. Peter Fill, pourtant tout près de quitter la piste, est d'abord venu le déloger en le devançant de 27 centièmes. Et ensuite, l'incontournable Christoph Innerhofer a terminé le travail en l'éjectant du podium. Raich échoue donc à la quatrième place de ce super-combiné et peut nourrir de gros regrets après sa performance en descente. Pour les Transalpins, c'est le carton plein... Christoph Innerhofer survole ces championnats du monde de Garmisch-Partenkirchen. Avec sa deuxième place du jour, l'Italien a prouvé qu'il pouvait aligner une manche de slalom en concordance avec sa facilité dans les épreuves de vitesse, et empoche ainsi la troisième médaille de cette compétition, après l'or en Super-G et le bronze en descente. "Je peux bénéficier d'un super matériel. Aujourd'hui j'ai vraiment skié relâché et c'est incroyable de pouvoir terminer pour la troisième fois en trois courses sur le podium", s'est-il réjoui pour Eurosport. Seul Svindal était capable ce lundi de surfer sur la même vague que l'Italien, véritable maître des Mondiaux...