Superman ne suffit pas

  • A
  • A
Superman ne suffit pas
Partagez sur :

Dwight Howard a pourtant tout tenté. Malgré les 46 points et 19 rebonds de son intérieur, le Magic s'est en effet fait surprendre dès le match d'ouverture du premier tour des playoffs de la Conférence Est. La faute à des Hawks vainqueurs 93-103 en Floride et qui prennent d'entrée la main dans la série.

Dwight Howard n'a pas suffi. Malgré les 46 points et 19 rebonds de son intérieur, le Magic s'est en effet fait surprendre dès le match d'ouverture du premier tour des playoffs de la Conférence Est. La faute à des Hawks vainqueurs 93-103 en Floride et qui prennent d'entrée la main dans la série. Oubliée, la série noire de six défaites de rang pour terminer la saison régulière. Oubliée, surtout, les playoffs de la saison passée, les Hawks y ayant reçu, au premier tour, une leçon historique avec quatre fessées en quatre matches. Confirmant sa bonne tenue en saison régulière - trois succès lors des quatre confrontations, Atlanta a en effet créé la première surprise de ces playoffs en allant surprendre Orlando 93-103. Et cette fois, ce sont bien les Hawks qui ont donné la leçon à leurs visiteurs. Si Orlando a tenu la comparaison lors du premier quart, la suite de la rencontre a en revanche été à sens unique, les troupes de Géorgie en profitant pour compter jusqu'à 18 points d'avance avant que les Floridiens ne sauvent quelques apparences. Une performance d'autant plus marquante que le Magic a pu compter sur un Dwight Howard de gala. A tel point que l'intérieur floridien en a égalé son record en carrière avec 46 points à 16 sur 23 pour aller avec ses 19 rebonds. Mais si Jameer Nelson a également été en réussite avec 27 points à 10 sur 18 aux tirs, le reste de l'effectif floridien a été réduit à la portion congrue. A l'image de Jason Richardson ou de Hedo Turkoglu, limités à 4 et 6 points. A l'inverse, les Hawks étaient, eux, branchés sur le secteur collectif. Cinq joueurs ont ainsi émargé à plus de 13 points, parmi lesquels Joe Johnson, 25 points à 9 sur 16 aux tirs, et Jamal Crawford, 23 points à 7 sur 14. De quoi expliquer les 52% de réussite collective des hommes de Larry Drew. Pour autant, l'entraîneur des Hawks n'entendait pas s'enflammer. "C'est juste le premier match. La série se joue au meilleur des sept matches et tout peut encore se passer, expliquait Drew à l'issue de la rencontre, on est surtout content car on a respecté notre plan de jeu, c'est-à-dire mettre beaucoup d'engagement et être agressif. Les joueurs étaient prêts à en découdre." A confirmer, mardi pour le deuxième épisode de la série.