Strasbourg, fenêtre sur le monde

  • A
  • A
Strasbourg, fenêtre sur le monde
Partagez sur :

Les Championnats du monde de Shanghai (24-31 juillet) débutent cette semaine pour les nageurs français. C'est à Strasbourg en effet, à l'occasion des Championnats de France, que les prétendants au rendez-vous mondial devront décrocher leur qualification, réservée au mieux à deux candidats par épreuve. Le point sur les rendez-vous les plus chauds de la semaine à venir.

Les Championnats du monde de Shanghai (24-31 juillet) débutent cette semaine pour les nageurs français. C'est à Strasbourg en effet, à l'occasion des Championnats de France, que les prétendants au rendez-vous mondial devront décrocher leur qualification, réservée au mieux à deux candidats par épreuve. Le point sur les rendez-vous les plus chauds de la semaine à venir. 100m nage libre messieurs (Séries et finale vendredi) C'est "Le" rendez-vous à ne pas manquer de ces Championnats de France. "Il me tarde d'y être, ça va être serré et comme d'habitude, le 100 mètres libre sera la course la plus attendue. La densité est énorme", confirme Fabien Gilot. Comment donner tort au champion de France en titre de la distance, auteur de la meilleure performance mondiale de l'année il y a une dizaine de jours à Montpellier (48"82). Le Marseillais, revanchard après avoir raté le train de Budapest, est en effet loin d'être le seul à viser un ticket pour Shanghai sur la distance. A commencer par Alain Bernard, le champion olympique du 100m, et Frédérick Bousquet, vice-champion du monde en titre de la distance. A ces trois-là s'ajoute une liste d'outsiders qui comprend Grégory Mallet, Yannick Agnel, William Meynard, Boris Steimetz voire Amaury Leveaux, même si ce dernier, diminué par une bronchite, apparaît hors de forme. Et avec Yoris Grandjean, Mehdy Metella ou encore Jérémy Stravius, s'il confirme son engagement, comme possible prétendants à une finale, pas question de ne pas être au rendez-vous dès les séries... 50m nage libre messieurs (Séries et finale jeudi) On prend les mêmes et on recommence. Ou plutôt, tous, à l'exception de Jérémy Stravius et sûrement Yannick Agnel, se seront déjà affrontés la veille sur la simple longueur de bassin. Sur cette distance, Frédérick Bousquet, titré à Budapest un an après sa deuxième place lors des Mondiaux de Rome, fait figure de favori. Le Marseillais, monté au créneau en début de semaine pour s'insurger contre le fait de ne pas pouvoir être accompagné par son entraîneur Brett Hawke à Shanghai, possède la référence mondiale cette année en 22"07. Mais Alain Bernard, qui revient progressivement à son meilleur niveau, n'est pas loin (22"14). Bref, il y aura aussi des remous sur la distance. 400m nage libre messieurs (Séries et finale mercredi) Le duel promet beaucoup. A priori intouchable sur 200 mètres nage libre, où il défendra son titre et son record de France, avec l'ambition cette fois-ci de ne pas laisser échapper sa qualification pour le rendez-vous international, Yannick Agnel passera d'entrée un test à Strasbourg sur 400 mètres. Il y retrouvera le Mulhousien Sébastien Rouault, le double champion d'Europe de Budapest (800 et 1500m nage libre), qui enchaînera avec quatre autres épreuves: le 400 m 4 nages (jeudi), le 800 m (vendredi), le 200 m nage libre (samedi) et enfin le 1 500 m (dimanche). Un duel qui ne sera pas arbitré par Jérémy Stravius, meilleur performeur français de la distance (3'51"37), qui se réserve pour le 100m dos programmé dans la foulée. 50, 100, 200m dos messieurs (Séries et finales respectivement dimanche, mercredi et vendredi) Le suspense n'est pas réservé qu'aux épreuves de nage libre. En grande forme depuis quelques mois, Jérémy Stravius tentera de contester la domination sur les épreuves de dos de Camille Lacourt, triple champion d'Europe à Budapest (50 et 100m dos, relais 4x100 4 nages). Le jeu sera plus ouvert encore sur 200 mètres où Benjamin Stasiulis, troisième des Championnats d'Europe, et à un degré moindre Joris Hustache peuvent se mêler à la lutte pour le titre. 200, 400 et 800m nage libre dames (Séries et finales respectivement samedi, dimanche et mercredi) Un bal à trois. Entre Camille Muffat, Ophélie-Cyrielle Etienne et Coralie Balmy, la bataille risque de faire rage sur les distances supérieures en nage libre. En décidant de se concentrer exclusivement aux épreuves de nage libre, à la demande de son entraîneur Fabrice Pellerin à la sortie des Championnats d'Europe de Budapest, la Niçoise est entrée dans la danse par la grande porte en décrochant un titre mondial en petit bassin à Dubaï en décembre. De quoi venir jouer dans le bassin des Toulousaines. Double médaillée d'argent à Budapest (400 et 800), Etienne est la nageuse à battre. Mais Balmy n'a pas dit son dernier mot sur sa distance fétiche, le 400 mètres. Trois nageuses qui se préparent au retour dans les bassins d'une certaine Laure Manaudou...