Strasbourg en enfer

  • A
  • A
Strasbourg en enfer
Partagez sur :

96-39. C'est par ce score, quasi-irréel, que Strasbourg s'est incliné dans la salle d'Orleans, samedi, à l'occasion de la 13e journée de Pro A. La SIG s'est effondrée lors du deuxième quart-temps, perdu 37-0. Cela ne va pas mieux pour le Paris-Levallois, battu pour la huitième fois de suite, à Vichy (77-50). Dans le haut du tableau, Cholet et Nancy ont rejoint Roanne en tête.

96-39 C'est par ce score, quasi-irréel, que Strasbourg s'est incliné dans la salle d'Orleans, samedi, à l'occasion de la 13e journée de Pro A. La SIG s'est effondrée lors du deuxième quart-temps, perdu 37-0. Cela ne va pas mieux pour le Paris-Levallois, battu pour la huitième fois de suite, à Vichy (77-50). Dans le haut du tableau, Cholet et Nancy ont rejoint Roanne en tête. Le Palais des Sports d'Orléans, cimetière de la SIG. Difficile de trouver le qualificatif qui conviendrait le mieux à la défaite encaissée par Strasbourg, samedi soir, dans le Loiret, lors de la 13e journée de Pro A. Le score est certainement le plus parlant. 96-39. Il faut le lire deux ou trois fois pour y croire. Les chiffres sont terribles pour la SIG, qui a disparu dans un deuxième quart-temps perdu 37-0. A 10-10 (9e), les Digbeu, Greer, Jeanneau et compagnie étaient dans le match. 14 minutes de jeu plus tard, le tableau d'affichage affichait 55-11 pour l'Entente. Soit une série de 44-1, à cheval sur trois périodes. Avec un taux de réussite de 27% (4 sur 23 soit 17% à la pause), aucun joueur de Strasbourg n'est parvenu à dépasser les sept points. En face, les Orléannais (13 sur 23 à 3 pts) se sont régalés. 16 points pour Reynolds, 15 pour Bell, 14 pour Ndoye, 13 pour Vaty... Et dire que les deux équipes étaient à égalité avant la rencontre. La déroute historique de la SIG permet au Paris-Levallois d'éviter le bonnet d'âne de la soirée. Et pourtant... Les coéquipiers d'un Andrew Albicy toujours porté disparu (il n'est pas le seul) ont concédé leur huitième défaite de rang, chez la lanterne rouge, Vichy, et de 27 points (77-50). Voilà les Franciliens relégables pour la première fois de la saison, avec une longueur d'avance sur leur bourreau du soir. Bien emmenée contre le PL par le duo Demetris Nichols (19 points, 7 rebonds)-Jamal Shuler (17 points, 6 rebonds), la JAV se relance complètement dans la course au maintien. Cholet et Nancy rejoignent Roanne Dans le haut du tableau, les bonnes opérations sont signées Cholet et Nancy, qui rejoignent Roanne en tête du classement. Les champions de France ont fait la différence en fin de match pour venir à bout de Limoges (77-65), à la Meilleraie. Les 20 points de Sammy Mejia ont évidemment pesé lourd. Pour le CSP, Chris Massie (27 points) ne pouvait pas faire tout seul. Le Sluc, de son côté, n'a pas eu à trop forcer pour battre Hyeres-Toulon (86-67). Meilleur marqueur de Pro A, et meilleur joueur du mois de décembre, Tremmell Darden a encore brillé. 19 points et 6 rebonds pour assurer la septième victoire de rang des Nancéens. Derrière le trio de tête, Chalon a laissé partir le bon wagon. L'ex-dauphin de la Chorale a été surpris par Poitiers, avant-dernier avant la rencontre, et qui l'a emporté logiquement derrière les 17 points d'Antonio Grant (70-61). Enfin, la dernière affiche de la soirée a souri au Mans, vainqueur à Gravelines (86-91). La raison de la défaite, pour les Nordistes ? "On est une équipe défensive et on ne peut pas encaisser 80 points comme on a pu le faire contre Chalon et Roanne. C'est clairement la défense qui nous fait gagner", expliquait Ben Woodside avant la rencontre. Raté, donc, comme le confirmait Yannick Bokolo. "On ne joue pas dur dès le départ. Ce n'était pas dû à leur attaque, c'était dû à notre défense. Globalement, on est dans le match, c'est dommage. On aurait pu faire largement mieux", regrettait sur Sport + l'arrière gravelinois, très bon en attaque (18 points), tout comme son compère Woodside (26 points, 11 passes). Mais en face, il y avait Alex Acker (18 points), Ben Dewar (17 points, à 5 sur 8 à 3 pts) et surtout Joao Paulo Batista (26 points), tout simplement énorme en seconde période.