Stade Français : la justice s'en mêle

  • A
  • A
Stade Français : la justice s'en mêle
Bernard Laporte et Max Guazzini ont porté plainte pour escroquerie.@ MAXPPP
Partagez sur :

RUGBY - Le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire pour escroquerie.

Le Stade Français connaît un début d'été plutôt compliqué. Alors qu'il se croyait sauvé financièrement, la fondation canadienne, la Facem, qui avait promis d'apporté les fonds nécessaires n'a jamais versé le moindre centime. Après l'annonce de cette nouvelle, le parquet de Paris a décidé d'ouvrir une information judiciaire pour escroquerie en bande organisée. Sur le plan sportif, le club parisien n'est toujours pas sorti d'affaire.

Trois personnes en garde à vue

Après les plaintes déposées par Bernard Laporte et Max Guazzini, le président du Stade Français, la justice a pris la relève. Au cours de la semaine, trois personnes ont été placées en garde à vue. Vendredi, elles ont été déférées au parquet qui a requis leur placement sous mandat de dépôt. Et le parquet a ouvert une information judiciaire pour "escroquerie en bande organisée, faux et usage de faux".

Alors que Max Guazzini lançait un appel pour trouver des investisseurs, une personne "de nationalité camerounaise" a été placée en garde à vue mardi soir. Deux autres personnes ont suivi dans la semaine. L'une de ces personnes s'est présentée comme le mandataire de la fondation canadienne, la Fondation pour l'amélioration des conditions de l'enfance dans le monde (Facem), censée reprendre le club et ayant garanti un apport de 12 millions d'euros qui n'a jamais été versé.

Les deux premières ont été placées en détention provisoire avant un débat différé devant le juge des libertés et de la détention (JLD), la troisième a été placée sous contrôle judiciaire.

Audition de la DNACG

Si la situation judiciaire semble progresser, la situation économique et sportive du club, elle, reste catastrophique. Les dirigeants parisiens ont rendez-vous lundi devant la Direction nationale d'aide et de contrôle de gestion (DNACG) pour un examen des comptes du club. Si Max Guazzini et Barnard Laporte ne trouvent pas de nouveaux investisseurs d'ici là, le club pourrait bien être rétrogradé en Fédérale 1, la troisième division de rugby.