Srecki: "On marque le pas"

  • A
  • A
Srecki: "On marque le pas"
Partagez sur :

C'est toujours la soupe à la grimace pour l'équipe de France. Malgré la médaille de bronze récoltée par Victor Sintés jeudi lors de l'épreuve individuelle du fleuret masculin des Championnats du monde d'escrime de Catane, le DTN Eric Srecki est revenu sur les raisons d'un tel fiasco à la veille des deux dernières journées de compétition.

C'est toujours la soupe à la grimace pour l'équipe de France. Malgré la médaille de bronze récoltée par Victor Sintés jeudi lors de l'épreuve individuelle du fleuret masculin des Championnats du monde d'escrime de Catane, le DTN Eric Srecki est revenu sur les raisons d'un tel fiasco à la veille des deux dernières journées de compétition. Avec la seule médaille de Victor Sintès en individuel, quelles sont les raisons d'un tel échec ? Au vu des six épreuves individuelles et des deux par équipes d'aujourd'hui (vendredi), les raisons sont multiples. Elles sont physiques, psychologiques, techniques ou encore stratégiques. Il faudra prendre le temps de débriefer avec les athlètes et les entraineurs après la compétition car c'est compliqué de le faire en raison de l'enchainement des compétitions. Pourquoi les Français n'arrivent-ils pas à battre des escrimeurs à leur portée ? S'ils le savaient eux-mêmes, les Tricolores ne perdraient pas ces matches-là. Pourtant en Coupe du monde, les Français arrivent à s'imposer. Mais lorsqu'ils retrouvent ces mêmes adversaires aux Championnats, ils ne sont pas sûrs de les battre à nouveau car chaque compétition est différente et apporte son lot de vérité. Il faut voir cela à tête reposée et ne pas se lancer dans des analyses à l'emporte-pièce pour apporter des réponses simplistes à des problèmes complexes. Il faudra faire parler les athlètes pour voir ce qu'il en est. Peut-on parler d'une spirale négative ? Bien sûr, surtout quand les épreuves s'enchainent sans médaille. Mais il ne faut pas oublier la médaille de Victor Sintès où les Italiens sont maîtres dans le fleuret masculin. Il ne faut pas oublier que Corinne Maitrejean est passée tout près de l'exploit face à l'Italienne Valentina Vezzali. Mais l'épée s'est trouée tant chez les filles que chez les garçons lors de l'épreuve individuelle. Il leur reste l'épreuve par équipes pour prouver qu'ils font partie des meilleures nations de l'escrime mondiale. Pour le sabre féminin, les choses sont différentes car il n'y aura pas de compétition par équipes aux Jeux Olympiques de Londres. L'épreuve individuelle était fondamentale pour les filles afin de se qualifier pour les Jeux. De leur côté, les sabreurs masculins marquent le pas après leur dixième place obtenue ce vendredi après l'épreuve par équipes. On a beaucoup de retard sur concurrents européens ou mondiaux. Ce sera très compliqué pour le sabre par équipes messieurs d'être aux Jeux. "A coeur de performer" Après une semaine décevante, comment vos athlètes abordent-ils la fin de la compétition ? Ils sont dans leur compétition car ils sont focalisés sur les épreuves de samedi (épée masculine par équipes et sabre par équipes dames, ndlr) et de dimanche (épée féminine par équipes et fleuret masculin par équipes, ndlr). Il faut que les athlètes recentrent leur énergie sur leurs épreuves en espérant que cela se passe mieux que jusqu'à présent. Est-ce inquiétant pour la suite de la saison dans l'optique de Londres ? Les inquiétudes ou les certitudes sont différentes d'une arme à une autre. On fera cette analyse chiffrée avec les classements à la fin des Championnats du monde. Pour certaines armes, la qualification pour les Jeux Olympiques sera compliquée mais pour d'autres, tout est possible. Sur un plan général, on savait qu'à moins de réaliser une grosse performance sur ces mondiaux en raison des coefficients, la course à la qualification olympique sera très dense jusqu'au bout. La qualification olympique est remise en cause ? On ne peut pas dire cela car c'est plus compliqué pour le sabre masculin par équipes qui vient de réaliser vendredi une contre-performance et cela l'est moins pour d'autres comme le fleuret féminin. Il n'y a plus de qualification facile car les quotas sont très hauts. Il faut réaliser des performances régulières tout au long de la saison pour espérer aller aux Jeux pour décrocher des médailles.