Sportif 2.0 cherche sponsor

  • A
  • A
Sportif 2.0 cherche sponsor
@ Montage Maxpp/DR
Partagez sur :

Après Romain Mesnil et Brahim Asloum, un skipper lance le "sponsor dating"

Des rendez-vous express pour trouver un sponsor, voilà la dernière idée d’un navigateur nantais. Armel Tripon est un sportif 2.0 qui utilise le net pour chercher de nouveaux partenariats. Pour le sport-roi, celui qui ne souffre d’aucune réduction budgétaire, aucun problème de médiatisation. En revanche, les champions moins exposés doivent trouver de nouvelles idées pour continuer à pratiquer leur sport.

Le "sponsor dating"

Après sept années de partenariat avec Gedimat, le skipper Armel Tripon se retrouve sans rien. Au lieu de prendre son porte-documents et de faire du porte-à-porte, ce navigateur de 35 ans a décidé de créer le buzz pour trouver des sponsors.

Le "sponsor dating" d'Armel Tripon :

"Deux heures en mer pour séduire un dirigeant à bord de mon bateau, sept minutes à terre pour le convaincre de s’engager à mes côtés". Dans un concept original qui reprend celui du "speed-dating", dédié aux rencontres amoureuses, Armel Tripon se met en scène dans une vidéo pour trouver un partenaire. L’objectif est clairement affiché : réunir 250.000 euros pour continuer la voile et passer en Class40, la catégorie des monocoques de plus de 12 mètres.

Armel Tripon a fait rapidement le calcul : "je n’ai pas très bien réussi la dernière Solitaire du Figaro. Mon sponsor m’a laissé tomber. Je n’avais pas 200 contacts de chefs d’entreprise dans mon carnet d’adresses. Du coup, j’ai décidé de provoquer la chance pour trouver un nouveau sponsor", explique-t-il pour Europe1.fr.

Faire le buzz avant tout

Bien accueillie dans le monde la voile, la vidéo fait son petit effet sur le net. Après la première semaine de diffusion, 3.500 internautes l’ont déjà visionné et Armel Tripon a quelques chefs d’entreprise l’ont déjà contacté.

Cette approche rappelle étrangement la "méthode Mesnil". L’année dernière, le perchiste français s’était lui aussi mis en scène dans une vidéo. Encore plus osé, Romain Mesnil courait nu dans les rues de Paris avec sa perche. La vidéo avait fait le tour du net en seulement quelques jours.

Romain Mesnil dans les rues de Paris :

Découvrir un sport

Pour ces deux sportifs, le constat est le même : pas évident de pratiquer un sport peu médiatisé. En mars 2009, Romain Mesnil expliquait sa stratégie : "je sais que certains sportifs galèrent et je pense que le débat mérite d’être posé". Et pour faire découvrir son sport, le perchiste propose même aux particuliers de le sponsoriser. Un mois plus tard, la société "On vous héberge" (OVH), spécialiste de l'hébergement sur internet, lui versait 16.100 euros.

La même année, Brahim Asloum avait tenté de l’imiter à sa manière. Champion olympique de boxe, le jeune français se brouille avec Canal +. Pas satisfait du montant de la bourse, il décide alors de diffuser lui-même son combat sur internet.

Victime de son succès

Le 27 avril 2009, Brahim Asloum propose aux internautes de regarder son combat contre le Mexicain Humberto Pool. En payant 3,80 euros, les abonnés pouvaient regarder la rencontre en "pay-per-view".

Brahim Asloum a été victime de son succès. Le boxeur français n’avait pas prévu une si grande affluence… Une demi-heure avant le combat, les connexions étaient complètement saturées. Asloum a payé le prix de cette nouvelle communication : la plupart des abonnés n’ont pu assister au K.O technique à la troisième reprise.