Sous l'oeil de Novès et des Experts

  • A
  • A
Sous l'oeil de Novès et des Experts
Partagez sur :

Le spectacle de désolation offert par le XV de France au lendemain du désastre romain ne laisse forcément pas insensible les techniciens de l'hexagone. Si un Philippe Saint-André semble trouver des circonstances atténuantes à Marc Lièvremont, victime selon lui d'un contexte, Bernard Laporte et surtout Guy Novès stigmatisent la méthode de Lièvremont. Et le manager toulousain n'est évidemment pas le moins tendre.

Le spectacle de désolation offert par le XV de France au lendemain du désastre romain ne laisse forcément pas insensible les techniciens de l'hexagone. Si un Philippe Saint-André semble trouver des circonstances atténuantes à Marc Lièvremont, victime selon lui d'un contexte, Bernard Laporte et surtout Guy Novès stigmatisent la méthode de Lièvremont. Et le manager toulousain n'est évidemment pas le moins tendre. Guy NOVES (ancien ailier du XV de France, entraîneur-manager du Stade Toulousain) Palmarès : Champion de France 1989, 1994, 1995, 1996, 1997, 1999, 2001, 2008 (finaliste 2003, 2006) ; Champion d'Europe 1996, 2003, 2005, 2010 (finaliste 2004, 2008) ; Meilleur entraîneur européen des 15 dernières années. C'est peu dire que les propos au vitriol tenus dimanche, depuis Rome, par Marc Lièvremont au sujet de son groupe et de ses joueurs, suscitent la réaction et notamment de ses pairs. Autant de sommités de ce jeu, qui pour la plupart auraient pu occuper les fonctions de sélectionneur national et parmi eux, le plus emblématique et le plus titré. Guy Novès qui, cité par le site planetrugby.com, a exprimé son profond désaccord avec la méthode de dénigrement de Lièvremont à l'égard de son vestiaire, à l'antipode de ses convictions et de son indéfectible souci de protection de ses joueurs: "Lorsqu'on entend de la bouche d'un sélectionneur qu'un joueur a terminé sa carrière internationale, je trouve ça un peu dur, estime le manager toulousain en référence notamment à un Yannick Jauzion. D'abord, peut-être que cet entraîneur a lui même bientôt fini sa carrière internationale et que le joueur qui devait en faire de même sera de nouveau international avec le sélectionneur suivant. Donc je trouve qu'il y a des choses qu'il ne faut pas dire si rapidement." Plus grave encore, et probablement pour la première fois, Novès remet clairement en doute la compétence de celui qui préside aux destinées des Bleus depuis trois ans et demi: "On ne sent pas de cohérence. Le vécu de l'entraîneur est en train de se construire, mais on ne devient pas un grand entraîneur en quatre ans." Une responsabilité qui, aux yeux du mentor toulousain, n'incombe pas au seul Lièvremont: "Tout le monde est dans l'incertitude. Quand Marc Lièvremont dit qu'il repart à zéro, c'est effectivement ce que l'on ressent. On a l'impression que ce qui a été fait depuis trois ans et demi ne sert à rien. La responsabilité en incombe à ceux qui l'ont mis en place. Quand ils l'ont fait, ils devaient être compétents pour dire que c'était l'homme de la situation..." Bernard LAPORTE (ancien sélectionneur du XV de France de 1999 à 2007, prédécesseur de Marc Lièvremont) Palmarès : Demi-finaliste des Coupes du monde 2003 et 2007 ; Meilleur entraîneur IRB 2002 ; Tournoi des Six Nations 2006 et 2007 ; Grand Chelem 2002 et 2004 ; Champion de France 1998 (Stade Français). Pour l'ancien sélectionneur et prédécesseur de Marc Lièvremont sur le banc des Bleus, Bernard Laporte, aujourd'hui consultant sur RMC, la seule issue possible au coeur du marasme tricolore tient à une parole libérée: "C'est sûr que Marc a sa part de responsabilités, assène-t-il. S'il ne le voit pas, c'est grave. Mais on ne peut pas quand même lui faire tout porter sur les épaules. Ce qui m'agace chez Marc ? Je le dis haut et fort: « Arrête de dire que tu es compétent, Marc ! » On s'en fout. On le pense, mais arrêtons de se justifier sans arrêt. Ce qui me gêne le plus, c'est quand j'entends les joueurs et l'entraîneur parler. Premièrement, j'ai l'impression qu'ils n'ont pas vu le même match. Et deuxièmement, j'ai l'impression qu'ils ne parlent pas le même langage. Qu'ils s'enferment dans une même pièce, qu'ils se disent les vérités, qu'ils tracent surtout un schéma, une politique, et ceux qui ne veulent pas la suivre, ils restent chez eux." Philippe SAINT-ANDRE (ancien ailier du XV de France, entraîneur du RC Toulon) Palmarès : Champion d'Angleterre 2006 (Sale) ; Meilleur entraîneur 2006 (Angleterre) ; Challenge européen 2005 (Sale). Pour l'ancien ailier et capitaine du XV de France, Philippe Saint-André, aujourd'hui manager du RC Toulon, mais aussi consultant pour RMC, la défaite des Bleus en Italie (22-21) est dommageable à bien des égards. "Ce n'est pas la meilleure façon de préparer une Coupe du monde (...) On a une des plus belles économies du rugby. Ce n'est pas normal que l'équipe de France perde en Italie. Ça pose un problème. Les joueurs n'ont pas assez de temps de jeu ensemble. La Fédération devrait prendre sous contrat les trente meilleurs joueurs français. (...) On a besoin d'une belle vitrine, et on ne peut pas dire qu'elle est belle quand on perd en Italie. Il faut faire quelque chose d'intelligent avec la LNR. Pour le rugby français, je crois que tout le monde est prêt à pousser dans le même sens. Il faut faire quelque chose "à la française" et il faut vraiment que l'on s'adapte au rugby professionnel parce que, hélas, on s'est adapté pour le Top 14, mais pas pour le niveau international."