Soumaré: "Je n'avais pas la pression"

  • A
  • A
Soumaré: "Je n'avais pas la pression"
@ Reuters
Partagez sur :

ATHLE - Myriam Soumaré, triple médaillée à Barcelone, était sur les Champs-Elysées.

ATHLE - Myriam Soumaré, triple médaillée à Barcelone, était sur les Champs-Elysées. Des athlètes françaises médaillées à Barcelone, vous êtes peut-être l'une des moins attendues. Quel était votre objectif avant la compétition ? En fait, je n'en avais pas. Je ne pensais pas au podium, il s'agissait juste de viser les finales sur 100 mètres ou 200 mètres. Comme j'étais moins attendue, j'étais peut-être aussi la moins stressée. Je n'avais pas la pression. J'étais zen, décontractée et c'est peut-être ce qui m'a réussi. Vous allez justement être beaucoup plus attendue sur les prochains rendez-vous. Cette attente et la pression vous inquiètent-elles ? Un peu. Quand j'ai gagné les championnats de France sur 200 mètres (en salle en 2008), j'étais un peu plus stressée sur les meetings qui ont suivi. Je vais essayer de gérer ça le mieux possible pour éviter que ça me coupe les jambes. Normalement, ça devrait plus me booster que me ralentir. L'héroïne des championnats d'Europe d'athlétisme est la nouvelle coqueluche de son quartier: Ces performances vous ouvrent de nouveaux horizons. Vous pensez déjà aux mondiaux de 2011, et plus loin aux Jeux Olympiques ? Pas du tout ! Franchement, je pense juste à la fin de la saison, à finir en un seul morceau parce que j'ai encore deux meetings à faire. Je n'ai pas l'habitude de regarder plus loin que le lendemain et ce n'est pas aujourd'hui que ça va commencer. "Un beau message pour les jeunes" C'est aussi l'heure de savourer vos médailles. Oui, je profite au jour le jour. Aujourd'hui j'ai fait les Champs Elysées, je suis partie voir Sarkozy ! Il est temps de savourer, demain sera un autre jour. Vous êtes originaire de Sarcelles en banlieue parisienne. C'est important pour vous de représenter les quartiers aussi bien à la télévision qu'à l'Elysée ? Je pense que c'est un beau message pour tous les jeunes, qu'ils soient de banlieue ou pas. Je leur dis qu'on peut réussir, qu'on n'est pas forcément pénalisé parce qu'on habite dans tel quartier. J'en suis la preuve. Votre titre sur 200 mètres vous ouvre également d'autres portes. Je vais faire la Diamond League. Alors là...waouw ! C'était inimaginable pour moi au début de saison. Je serai à Zurich et à Londres avant la fin de la saison.