SOS patronne

  • A
  • A
SOS patronne
Partagez sur :

En l'absence de Serena Williams, toujours pas remise d'une blessure au pied, l'Open d'Australie va démarrer lundi matin sans grandissime favorite, une habitude ces dernières semaines sur le circuit féminin. Les candidates au premier tournoi du Grand Chelem de l'année ont rarement été aussi nombreuses, de Kim Clijsters à Samantha Stosur, en passant par la n°1 mondiale, Caroline Wozniacki.

En l'absence de Serena Williams, toujours pas remise d'une blessure au pied, l'Open d'Australie va démarrer lundi matin sans grandissime favorite, une habitude ces dernières semaines sur le circuit féminin. Les candidates au premier tournoi du Grand Chelem de l'année ont rarement été aussi nombreuses, de Kim Clijsters à Samantha Stosur, en passant par la n°1 mondiale, Caroline Wozniacki. 2011 s'annonçait plus indécis que jamais. Les premiers tournois de la saison n'ont pas vraiment permis de dégager une hiérarchie entre les meilleures joueuses du monde, avant que ne démarre lundi l'Open d'Australie, première levée des tournois du Grand Chelem. Il suffit de jeter un oeil aux lauréates des quatre tournois disputés ce mois de janvier: Petra Kvitova à Brisbane, Greta Arn à Auckland, Jarnila Groth à Hobart et Na Li à Sydney. Les Top 10 sont portées disparues. Ainsi, Na Li, qui joue son meilleur tennis à 28 ans, est devenue en l'espace d'une finale à Sydney une candidate au titre à Melbourne selon sa victime, Kim Clijsters... Pourquoi pas. Après tout, la Chinoise était demi-finaliste l'an passé, et Francesca Schiavone avait presque 30 ans lorsqu'elle remporta Roland-Garros en juin dernier. Cela symbolise la densité et la hiérarchie fluctuante d'un circuit féminin qui se cherche une reine depuis que Serena Williams a décidé de jouer les intermittentes. Elles sont une grosse dizaine à pouvoir prétendre triompher sur la Rod Laver Arena. Récapitulons. Installée en tête du classement WTA depuis début octobre, Caroline Wozniacki est toujours à la recherche de son premier titre en Grand Chelem. Agée de 20 ans seulement, la Danoise doit encore s'affirmer dans les très grands rendez-vous. Elle n'a pour le moment disputé qu'un seul match cette saison, une défaite contre Cibulkova à Sydney. Et si Stosur... Dauphine de Wozniacki au classement, Vera Zvoraneva, finaliste malheureuse à Wimbledon et à l'US Open l'an passé, poursuivra-t-elle sa progression cette saison ? Il lui reste elle aussi une dernière marche à gravir. L'expérience, ce n'est pas ce qui va manquer à Kim Clijsters et Venus Williams. Pour l'Américaine, absente depuis l'US Open en septembre dernier, ce sera plutôt le temps de jeu. Pour la Belge, on ne voit pas. Tête de série n°3, Clijsters est la joueuse qui semble réunir le plus d'arguments pour l'emporter. Ses victoires à Flushing Meadows et aux Masters en fin de saison dernière sont là pour le prouver. Evidemment, il y aussi Schiavone, Henin, Jankovic, Azarenka, Sharapova et aussi, rêvons un peu, Rezaï et Bartoli, mais peut-être que cette année est la bonne pour Samantha Stosur. A domicile, l'Australienne, battue par Kuznetsova à Sydney cette semaine, fait preuve d'un optimisme mesuré avant de débuter "son" tournoi. "Je peux gagner", a -t-elle déclaré au Sydney Morning Herald Tribune, avant d'ajouter: "C'est quand même agréable de démarrer le tournoi en tant que tête de série n°5. Mais la route est longue entre penser que vous pouvez le faire et gagner tous vos matches jusqu'au trophée... Même si Serena n'est pas là, il y a toujours 127 joueuses qui ont envie de gagner." Et ce n'est peut-être pas qu'une formule...