Sorlin: "Ne pas se focaliser sur Pastore"

  • A
  • A
Sorlin: "Ne pas se focaliser sur Pastore"
Partagez sur :

Evian-Thonon Gaillard fait face à son premier cador avec l'accueil du Paris Saint-Germain dimanche (17 heures) dans le cadre de la 6e journée de Ligue 1. Le milieu haut-savoyard Olivier Sorlin s'attend à une rencontre difficile mais dédramatise tout en analysant le début de saison intéressant du promu. L'ancien Rennais souligne d'ailleurs que ce PSG nouveau ne forme pas encore tout à fait une équipe.

Evian-Thonon Gaillard fait face à son premier cador avec l'accueil du Paris Saint-Germain dimanche (17 heures) dans le cadre de la 6e journée de Ligue 1. Le milieu haut-savoyard Olivier Sorlin s'attend à une rencontre difficile mais dédramatise tout en analysant le début de saison intéressant du promu. L'ancien Rennais souligne d'ailleurs que ce PSG nouveau ne forme pas encore tout à fait une équipe. Olivier, ce dimanche Evian-Thonon accueille Paris pour la réception d'un premier gros dans ce championnat. Comment s'est passée la semaine et comment avez-vous préparé cette rencontre ? On n'a rien changé à la préparation, on sait que c'est une grosse équipe qui se présente, que ce sera un match difficile mais il n'y a que trois points en jeu. Le championnat ne s'arrêtera pas après ce match contre le PSG. Avez-vous suivi les débuts de ce PSG nouveau, quel est votre regard sur cette équipe ? Je n'ai pas vu leur match contre Salzbourg (jeudi soir en Ligue Europa, ndlr) mais j'avais bien regardé celui contre Brest (5e journée de Ligue 1 dimanche dernier avec une victoire 1-0 du PSG, ndlr). Comme tous les observateurs le notent, c'est une bonne équipe, ils ont de très bons joueurs offensifs qui peuvent faire la différence à n'importe quel moment. Mais, pour moi, ce n'est pas encore véritablement une équipe. D'ailleurs, on voit qu'ils peuvent être souvent coupés en deux. Evian-Thonon devra t-il tenter d'isoler Pastore ? Que pensez-vous de son rôle au sein du système parisien alors qu'il semble prendre de plus en plus d'importance ? Oui, il prend de l'ampleur, c'est évident. Il faudra bien sûr le suivre, notamment en tentant de fermer l'accès à Pastore pour les gêner. Mais il serait dangereux de se focaliser sur lui. Ils ont d'autres bons joueurs, Gameiro qui prend la profondeur, Ménez qui provoque, Nenê et son jeu de passes. C'est compliqué et il ne faut pas faire de fixette sur Pastore. De toute façon, face à cette équipe, il est important d'être acteur. A nous de ne pas être spectateur dimanche. D'autant qu'Evian-Thonon réalise plutôt de bons débuts en Ligue 1. Du haut de votre expérience de l'élite, quel bilan tirez-vous de ces cinq premières journées ? Ce n'est pas trop mal, on va dire qu'on continue sur la lancée de l'an passé. On reste solide. On pourrait avoir un ou deux points de plus parce qu'on en a perdu bêtement. Il manque peut-être un peu de réalisme devant... Oui, c'est vrai. Il faut continuer à être bien solide derrière comme on le fait (l'ETG n'a pris que quatre buts en cinq journées et dispose de la deuxième défense de Ligue 1 ex aequo avec Brest, Paris et Toulouse et un but derrière le leader montpelliérain, ndlr). La réussite viendra. On se crée des occasions donc il faut continuer à travailler pour faire en sorte qu'une ou deux de ces occasions rentrent. "Tout le monde aura sa chance" Les nombreux nouveaux doivent commencer à bien s'intégrer. La concurrence s'intensifie t-elle ? Chacun doit maintenant chercher à gagner une place qui n'est pas si évident que ça à saisir au sein d'un groupe très étoffé à Evian-Thonon... Oui, mais si la concurrence est saine, il n y a pas de problème. Chaque année, ce club recrute du monde pour se renforcer puisqu'il monte à chaque fois. C'était le cas en CFA, en National, en Ligue 2. Et tout le monde aura sa chance d'autant qu'on joue trois matches dans la semaine qui suit. Et l'entraîneur n'est de toute façon pas figé sur un groupe à 15 ou même à 18. Il dispose d'un groupe de 28 joueurs et les utilise. Certains nouveaux s'attendaient à être titulaires et ne le sont pas, découvrant de bons jeunes à leurs places. Le latéral danois Daniel Wass s'en est notamment plaint cette semaine à la presse de son pays. Cela peut-il être un danger ? Daniel est jeune aussi et progresse. C'est vrai que le jeune Djadjedje joue en ce moment mais tout le monde aura sa chance. Un mot sur la dernière recrue, Christian Poulsen, le troisième Danois de l'effectif. Petit coup dur puisqu'il sera forfait dimanche mais voilà un joueur qui peut apporter beaucoup de par son expérience au sein de nombreux grands clubs... Il a été recruté pour ça. Comme je le disais, le club recrute chaque année pour progresser et fait appel à des éléments d'expérience. On sait où il est passé, des clubs prestigieux (comme Liverpool, son dernier club, ndlr). C'est vrai que, souvent, quand on change de club et de vie, on a des petits pépins. Mais quand il sera à 100%, il postulera naturellement à une place de titulaire. Cet accueil de Paris, c'est toujours un grand moment dans la saison. On imagine votre bonheur à l'idée de retrouver la Ligue 1 alors que vous aviez peut-être fait une croix dessus. Bien-sûr, l'an passé vers la fin de saison, je disais que c'était sans doute une de mes dernières chances de jouer en Ligue 1. Car je commence à être vieux ! Je suis donc très heureux. Mais, le plus dur n'est pas d'y jouer mais d'y rester. Il me reste deux, trois ans et j'espère vraiment pouvoir les faire en Ligue 1.