Söderling au rendez-vous final

  • A
  • A
Söderling au rendez-vous final
@ Reuters
Partagez sur :

ROLAND-GARROS - Le Suédois s'est qualifié pour la finale aux dépens du Tchèque Berdych.

ROLAND-GARROS - Le Suédois s'est qualifié pour la finale aux dépens du Tchèque Berdych.Robin Söderling y a pris goût. Pour la deuxième année consécutive le Suédois disputera la finale des Internationaux de France. Mais pour en arriver là, le tombeur de Roger Federer a dû remonter un handicap de deux manches à une contre Tomas Berdych, vendredi, dans la fournaise (plus de 30° au soleil) du court Philippe-Chatrier. Le gain du match, décousu et assez peu spectaculaire, s'est joué à trois fois rien tant il a été difficile de dire tout au long des 3h27 de la partie quel joueur méritait le plus la victoire. C'est finalement le Scandinave, grâce à un break réussi au beau milieu du cinquième set qui, a tiré le gros lot (6-3, 3-6, 5-7, 6-3, 6-3).Au royaume des cogneurs, Söderling a donc eu le dernier mot. La première demi-finale des Internationaux de France a sûrement manqué de finesse mais le spectateur averti n'est pas tombé des nues. Söderling et Berdych sont parmi les plus gros frappeurs du circuit et la vraie surprise est de les voir si bien s'en sortir sur terre battue. L'un des deux demi-finalistes, avec Rafael Nadal, à ne pas avoir perdu un set sur le chemin du dernier carré, le Tchèque, moins attendu que son adversaire à pareille fête, a justifié sa présence à ce stade de la compétition même si l'affrontement, le neuvième entre les deux hommes (le Suédois menait 5-3, ndlr), n'a jamais atteint les sommets du jeu. La faute à deux jeux aux caractéristiques trop similaires – grand frappeur, grand coup droit, gros service – pour bien se marier. Une bataille de fond de courtLes spectateurs ont ainsi eu droit à une foultitude d'envois et de renvois de missiles, un coup à vous donner un torticolis. Peu d'amorties, presque aucune montée au filet, une allergie aux changements de rythme, les puristes n'ont sans doute pas apprécié cette lutte un rien stéréotypée. Un seul mauvais jeu de service de Berdych, à 2-2, a ainsi suffi à Söderling pour empocher le premier set (6-3). Alors que cette première manche de la quinzaine perdue aurait pu atteindre la confiance du Tchèque, c'est l'inverse qui se produisit. Un peu plus patient dans les échanges que par le passé, il parvenait, grâce notamment à un pourcentage plus élevé de première balle et à un déchet moindre que son adversaire, à empocher les deux sets suivants (6-3, 7-5). Söderling se trouvait à une manche de l'élimination, lui que beaucoup de monde voyait déjà en finale après sa victoire sur Federer. Dès le premier jeu du set suivant, le Suédois devait effacer une balle de break qui peut-être eu des conséquences irréversibles. Mais c'est finalement lui qui faisait la différence au sixième jeu (4-2) pour prolonger les hostilités (6-3). Il prenait le meilleur départ dans le set décisif en breakant blanc d'entrée, mais Berdych recollait dans la foulée (1-1). Le 7e joueur mondial ne commettait pas la même erreur lorsque, à 3-3, il retournait excellemment les engagements du Tchèque pour lui ravir une nouvelle fois sa mise en jeu (4-3). Cette fois c'était la bonne, et l'ultime balle expédiée dans le couloir par son adversaire sonnait comme une véritable délivrance pour le natif de Tibro (6-3). Le voilà, un an après, une nouvelle fois sur la dernière marche du plus grand tournoi de terre battue au monde.