Sochaux réanimé

  • A
  • A
Sochaux réanimé
Partagez sur :

Les Lionceaux ont repris des couleurs en s'offrant le scalp de Toulouse (3-0), samedi à Bonal, dans le cadre de la 9e journée de Ligue 1. La défense sochalienne est restée infranchissable, loin de la fragilité affichée lors des dernières sorties et ces dix buts encaissés contre Rennes et Auxerre, alors que Modibo Maïga a contribué au réveil du club doubien d'un doublé.

Les Lionceaux ont repris des couleurs en s'offrant le scalp de Toulouse (3-0), samedi à Bonal, dans le cadre de la 9e journée de Ligue 1. La défense sochalienne est restée infranchissable, loin de la fragilité affichée lors des dernières sorties et ces dix buts encaissés contre Rennes et Auxerre, alors que Modibo Maïga a contribué au réveil du club doubien d'un doublé. La fièvre du samedi soir s'est invitée à Bonal. A la faveur d'une fin de match favorable, les Sochaliens se sont rassurés au sortir de deux revers cinglants. La réception de Toulouse, co-leader de la Ligue 1 à l'aube de cette 9e journée, faisait suite à deux naufrages enregistrés contre Rennes (2-6) dans cette même enceinte doubienne, il y a dix jours, et sur le terrain d'Auxerre (1-4), le week-end passé. Dix buts encaissés en deux sorties qui n'offraient pas un maximum de confiance aux Lionceaux au moment d'accueillir les Violets dans leur jardin. Les protégés de Mecha Bazdarevic en ont finalement profité pour démontrer l'étendue de leurs ressources mentales et redresser le tir. Pour la première fois de la saison, l'arrière-garde sochalienne s'est même muée en obstacle infranchissable. Après avoir encaissé 19 buts lors des 8 premières levées, Carlao et ses camarades ont posé les barbelés face à une formation toulousaine qui n'a réussi à embêter Teddy Richert qu'en de rares occasions. En début de match, le dernier rempart sochalien jaillit dans les pieds de Sissoko (3e) avant d'être sauvé par son poteau sur un tir de Regattin (85e). Entre-temps, la frappe à ras de terre de Devaux obligera le portier âgé de 37 ans à se détendre pour dévier le cuir en corner (59e). Une soirée relativement tranquille donc pour celui qui fêtait sa 300e centième apparition en Ligue 1. "On était dans la difficulté, ça faisait deux matches où l'on passait au travers, où l'on souffrait. On a essayé de mettre les ingrédients pour être à nouveau solidaire, et tout le monde a été très réceptif, ça montre que l'on a de l'envie et du caractère. Il va falloir garder cet état d'esprit à tous les matches", assurait l'intéressé à l'issue de la rencontre sur Foot+. Une analyse partagée par son entraîneur, Mecha Bazdarevic: "On a eu un bon comportement et un bon état d'esprit. Ce n'était pas un grand match, mais on a surtout montré une belle combativité." Maïga enchaîne Et une envie de bien faire qui se matérialise par un but dès la 9e minute, Poujol trouvant Maïga dans le dos de la défense, avant que le Malien ne trompe Ahamada d'un intérieur du pied gauche (1-0). L'ancien Manceau remettra le couvert à quelques minutes de la fin du temps réglementaire, Martin déposant le ballon sur la tête du joueur passé par le Raja Casablanca (2-0, 87e), pour signer un doublé et son quatrième but en trois matches. Une efficacité aux allures de rédemption pour celui qui souhaitait rejoindre Newcastle durant le mercato estival, ses velléités de départ lui valant même d'être mis de côté en compagnie de Kevin Anin. Dans une fin de match complètement folle, Bakambu participe à la fête en scellant la victoire des siens sur un nouveau précis de Martin: une passe "laser" qui permet à l'attaquant fréquentant l'équipe de France des moins de 20 ans d'ajuster un tir en pivot qui fait trembler les filets (3-0, 89e). "Le résultat est trop sévère pour l'adversaire mais c'est une belle victoire", note Bazdarevic. Un entraîneur forcément ravi par la réaction des siens, 10e provisoire après cette troisième victoire de la saison.