Smith: "C'est juste notre nature"

  • A
  • A
Smith: "C'est juste notre nature"
Partagez sur :

Mis en concurrence avec le phénomène Sonny Bill Williams en début de Coupe du monde, le moins médiatique et moins spectaculaire, mais toujours si efficace Conrad Smith revient former au côté de Ma'a Nonu la redoutable paire de centres des All Blacks pour le choc face au XV de France samedi, à l'Eden Park. M. Smith qui explique à ceux qui en doutaient que la passion, peut-être moins démonstrative que chez les Bleus, anime autant le jeu néo-zélandais.

Mis en concurrence avec le phénomène Sonny Bill Williams en début de Coupe du monde, le moins médiatique et moins spectaculaire, mais toujours si efficace Conrad Smith revient former au côté de Ma'a Nonu la redoutable paire de centres des All Blacks pour le choc face au XV de France samedi, à l'Eden Park. M. Smith qui explique à ceux qui en doutaient que la passion, peut-être moins démonstrative que chez les Bleus, anime autant le jeu néo-zélandais. Conrad, comprenez-vous que dans l'esprit du grand public les All Blacks traînent cette réputation d'échouer quand tout le monde les attend ? La meilleure chose à faire, c'est de prendre le problème à bras-le-corps, ce qu'on n'a pas forcément su faire par le passé. On s'est contentés de balayer ça d'un revers de la main en disant: "Non non, l'équipe a changé, ça ne va pas nous affecter". Au contraire, il faut faire avec, ça fait partie de notre histoire. Qu'est-ce qui a changé dans la manière d'aborder l'évènement par rapport à la Coupe du monde 2007 ? On n'a pas abordé la compétition en espérant que les choses qui ont bien marché par le passé fonctionnent à nouveau. On a fait table rase du passé et on est reparti sur de nouvelles bases. "Les Français sont beaucoup plus extravertis dans leur manière d'être" Concurrencé par Sonny Bill Williams en début de compétition, vous revenez pour ce choc, à la différence d'un Mils Muliaina, à nouveau écarté. Les places sont chères chez les Blacks ? Dans cette équipe, on sait que si on n'est pas dans le coup, il y en a au moins un ou deux qui peuvent prendre la place. J'ai joué la majeure partie de mes matches avec lui derrière. Mais on apprend toujours à se débrouiller quand il y a des changements comme celui-là. Après quelques entraînements, on prend nos repères. Evidemment, on ne perd pas beaucoup en qualité avec Issy (Israel Dagg) et sa façon de jouer. Dans la rivalité qui oppose les All Blacks à la France, il y a l'idée des Bleus plus expansifs sur le terrain, beaucoup plus démonstratifs en tout cas que les Néo-Zélandais... C'est juste notre nature. On peut être passionnés, mais on ne va pas écrire une chanson et danser. Ils sont beaucoup plus extravertis dans leur manière d'être. On peut bouillir à l'intérieur et être très motivés. On n'a pas besoin de le montrer à l'extérieur. Tant que la passion est là.