Skrela, la voie de l'exil

  • A
  • A
Skrela, la voie de l'exil
Partagez sur :

Si Toulouse a gagné jeudi son choc face à Montpellier, bonus offensif en prime, les Champions d'Europe ont aussi reçu l'assurance de perdre la saison prochaine leur ouvreur et buteur international, David Skrela, en partance pour Clermont. Au coeur d'une journée marquée par les prolongations de plusieurs cadres, et non des moindres, l'annonce de ce départ et ces conditions ont de quoi laisser perplexe.

Si Toulouse a gagné jeudi son choc face à Montpellier, bonus offensif en prime, les Champions d'Europe ont aussi reçu l'assurance de perdre la saison prochaine leur ouvreur et buteur international, David Skrela, en partance pour Clermont. Au coeur d'une journée marquée par les prolongations de plusieurs cadres, et non des moindres, l'annonce de ce départ et ces conditions ont de quoi laisser perplexe. La nouvelle aura fini par transpirer à quelques heures du coup d'envoi. David Skrela n'évoluera plus sous les couleurs du Stade Toulousain à compter de la saison prochaine. A la différence de quatre autres cadres de l'effectif des Champions d'Europe, Thierry Dusautoir, Patricio Albacete, Yannick Nyanga (+4 ans) et Census Johnston (+3 ans), dont les prolongations avaient été rendues publiques dans le courant de l'après-midi, Skrela, dont on imagine à quel point cette journée a pu peser sur les épaules du demi d'ouverture, a lui « choisi » la voie de l'exil, comme l'aura révélé en premier lieu la chaîne Infosport. Une information que reprenait à son compte Canal+ en révélant que l'ancien Parisien, débarqué dans la Ville Rose en 2008 en provenance du Stade Français pour évoluer sous les couleurs du club de son père, Jean-Claude, avait dès jeudi matin réservé la primeur de son annonce à ses coéquipiers et au vestiaire toulousains. La suite de la journée fut sans doute encore plus crispante dans l'attente de ce choc face aux Montpelliérains à vivre dans la peau d'un titulaire. Une responsabilité de chef d'attaque de la ligne toulousaine et de buteur (9 points) qu'il assumera avec une belle aisance malgré tout. Jauzion: "Sûr qu'on aurait bien aimé garder David..." Mais à la veille d'un Tournoi des Six Nations, si essentiel, qui conditionnera en grande partie par son contenu la présence des uns et des autres en Nouvelle-Zélande, pour la Coupe du monde, à l'automne prochain, Skrela, à 31 ans, joueur très posé sur le terrain comme en dehors, avait le souci de clarifier sa situation. Et donc officialiser dans les plus brefs délais son départ d'un club qui lui aura permis d'apporter à son palmarès l'étoile manquante d'une Coupe d'Europe, dont il fut la saison dernière le grand artisan en finale face au BO. Une responsabilité qui l'aura fait entrer de plein pied dans la légende rouge et noir, en même temps qu'elle lui aura permis d'être définitivement adopté par ses partenaires. Il suffisait jeudi pour s'en rendre d'écouter Yannick Jauzion, interrogé dans Jour de Rugby, lui rendre un vibrant hommage. "C'est sûr qu'on aurait bien aimé garder David, mais le club a beaucoup de joueurs en fin de contrat et il était sans doute difficile pour le Stade Toulousain de conserver tout le monde, expliquera sans vraiment convaincre sur ce point le trois-quarts centre. David, au-delà du joueur et de tout ce qu'il amène à l'équipe, c'est quelqu'un qui est aussi important dans la vie du groupe, quelqu'un qui comptait pour nous, même si je crois qu'il continuera à donner le maximum jusqu'à la fin de saison pour qu'on aille au bout sur les deux compétitions, si possible. On le regrettera, mais c'est ainsi, ça fait partie de la vie de sportif de haut niveau, il faut faire avec. Il aurait aimé rester, mais il y a toujours des décisions délicates à prendre. Il a pris cette décision et je crois qu'il est maintenant soulagé parce qu'il se posait beaucoup de questions et qu'il avait peut-être du mal à dormir. C'est bien pour lui." Un bien pour Skrela, qui selon La Montagne et même s'il a pris grand soin de s'éclipser après la rencontre pour ne pas avoir à confirmer l'information auprès des nombreux médias présents à Ernest-Wallon, aurait déjà donné son accord sur le base d'un contrat de 2 ans (plus une année optionnelle) avec l'ASM Clermont Auvergne à la recherche d'un profil capable d'évoluer sur deux postes de l'ouverture et du centre. Reste à savoir désormais si le Stade Toulousain, qui du même coup pourrait activer la piste menant au Parisien Lionel Beauxis, n'aura pas à souffrir de cette séparation et surtout de son annonce à ce stade de la saison.