Simone s'accroche

  • A
  • A
Simone s'accroche
Partagez sur :

Arrivé à la tête de l'AS Monaco mi-septembre, Marco Simone «survivra-t-il» à la prise en main du club de la Principauté par l'homme d'affaires russe Dmitri Rybolovlev ? Le technicien italien l'espère, lui qui a confié jeudi être prêt à s'engager dans le nouveau projet qui vise à replacer l'ASM au sommet du football tricolore. Pour cela, le futur propriétaire semble prêt à dépenser au mercato...

Arrivé à la tête de l'AS Monaco mi-septembre, Marco Simone «survivra-t-il» à la prise en main du club de la Principauté par l'homme d'affaires russe Dmitri Rybolovlev ? Le technicien italien l'espère, lui qui a confié jeudi être prêt à s'engager dans le nouveau projet qui vise à replacer l'ASM au sommet du football tricolore. Pour cela, le futur propriétaire semble prêt à dépenser au mercato... Il a quitté le confort douillet des plateaux de Canal +, pour lesquels il était l'un des consultants stars, pour «mettre les mains dans le cambouis monégasque» avec la mission de redresser une équipe alors classée 18e, pour ses grands débuts sur un banc, Marco Simone a sans doute mesuré le fossé qui sépare les deux mondes. Car trois mois après avoir pris la succession de Laurent Banide, le constat comptable est cruel pour l'ancien joueur de l'AC Milan (entre autres): l'ASM, à la veille de la 17e journée qui la verra défier Le Havre en Normandie, occupe le dernier rang à quatre points du premier «non-relégable», Amiens. S'il a entamé son mandat par un nul à Bastia et une victoire face à Arles-Avignon qui ont fait croire au miracle, l'Italien a depuis déchanté, puisque depuis ce succès sur les Provençaux, les Monégasques n'ont pris que trois points en huit matches, soldés par trois nul et cinq défaites. Aujourd'hui, Monaco est au bord du gouffre, et pour éviter que son club de coeur n'y tombe pour de bon, le Prince Albert a décidé de précipiter sa vente au milliardaire russe Dmitri Rybolovlev, 93e fortune mondiale. D'ici la fin de l'année, ce dernier, qui, comme beaucoup de magnats russes, a fait fortune dans l'exploitation de matières premières, en l'occurrence le potassium, devrait devenir le nouvel actionnaire majoritaire du club de la Principauté, ce qui a été confirmé jeudi par son porte-parole: "Nous espérons parvenir à un accord global avant la fin de 2011 pour que le club puisse utiliser la fenêtre de transferts de janvier pour acheter éventuellement de nouveaux joueurs". Cela permettra de renforcer le club pour le reste de la saison 2011-2012". Le futur homme fort de l'ASM serait prêt à injecter dans son nouveau "joujou" des sommes faramineuses (L'Equipe de mercredi parlait de 200 millions d'euros) pour rendre au club sept fois champion de France son lustre d'un passé pas si lointain, la dernière heure de gloire datant de la finale de la Ligue des champions, perdue face au FC Porto en 2004. Djorkaeff aux commandes ? Reste à savoir sur quels hommes le nouvel homme fort monégasque s'appuiera pour entamer cette reconstruction dont le premier chantier passera par un spectaculaire redressement sportif, le but étant d'éviter une infamante deuxième descente consécutive qui enverrait l'équipe en National. Plusieurs noms circulent dont celui d'un ancien de la maison, Youri Djorkaeff, qui a passé cinq saisons sur le Rocher, et serait visiblement prêt à y revenir à un poste de directeur sportif. Autant dire que si c'est le cas, c'est lui qui aura le dernier mot sur le choix de l'entraîneur. L'option est simple: soit provoquer un énième électrochoc en appelant un nouveau technicien, le troisième de la saison, charge à lui de remplir sa mission avec pas mal de recrues arrivées lors du mercato, soit conserver Simone. Anticipant le dilemme, ce dernier, qui, comme Djorkaeff, a porté le maillot du PSG et de Monaco (mais pas en même temps), a en tout cas fait savoir qu'il était en tout cas prêt à relever le défi de la reconstruction, surtout si on lui met à disposition des joueurs à même de relancer l'équipe. "Je suis prêt à m'y engager parce que ça apporterait une amélioration de l'équipe de pouvoir réaliser des changements au mercato, a-t-il indiqué jeudi. Durant de nombreuses années, il y a eu une instabilité de fonctionnement qui a conduit à la dégradation sportive et à des changements incessants de joueurs et d'entraineurs." Une manière de dire que ce n'est pas le moment d'ajouter de l'instabilité à celle qui règne depuis le passage dans le deuxième millénaire...