Simon revient de loin

  • A
  • A
Simon revient de loin
Partagez sur :

Rapidement mené puis dos au mur face à David Nalbandian en huitième de finale de l'Open Sud, Gilles Simon a superbement retourné la situation à Montpellier pour l'emporter en trois manches (3-6, 7-6, 7-5) et s'offrir un duel fratricide face à Jo-Wilfried Tsonga. Gaël Monfils, tombeur de Darcis (6-4, 6-4), a lui aussi obtenu son billet pour les quarts de finale, contrairement à Richard Gasquet et Michaël Llodra.

Rapidement mené puis dos au mur face à David Nalbandian en huitième de finale de l'Open Sud, Gilles Simon a superbement retourné la situation à Montpellier pour l'emporter en trois manches (3-6, 7-6, 7-5) et s'offrir un duel fratricide face à Jo-Wilfried Tsonga. Gaël Monfils, tombeur de Darcis (6-4, 6-4), a lui aussi obtenu son billet pour les quarts de finale, contrairement à Richard Gasquet et Michaël Llodra. On aurait pu l'imaginer rayonnant, ou tout du moins soulagé. Mais après avoir retourné une rencontre bien mal embarquée face à David Nalbandian, qui menait 6-3, 5-4 service à suivre et semblait plus proche que jamais de s'adjuger ce huitième de finale de l'Open Sud, Gilles Simon regrettait surtout - avec le sourire - de s'être mis dans cette situation. "Une fois encore, j'arrive à faire l'effort quand je suis mené... Mais il faudrait que je réussisse à le faire tout le temps !", soupirait-il ainsi au micro de Sport+. Car le perfectionniste niçois, vainqueur la veille sans briller de son compatriote Nicolas Mahut (6-4, 6-4), a bien failli quitter le tournoi héraultais par la petite porte, la faute à une entame d'une indolence rare. "J'ai voulu essayer de jouer relâcher, expliquait-il ensuite. Mais je faisais beaucoup de petites fautes bêtes et ça aurait très bien pu faire 6-3, 6-2. Heureusement, la bagarre a ensuite penché de mon côté." Une bagarre qui lui permet de se procurer ses premières balles de break alors que l'Argentin sert pour le match, et de finalement s'imposer au tie-break (7-6[5]). Monfils vers Isner Il finit par remporter la mise (3-6, 7-6, 7-5), après 2h15 de jeu et un autre retournement de situation, alors qu'il était mené 4-2 dans la troisième manche. Et si Nalbandian, s'estimant lésé, refuse de serrer la main de l'arbitre français Cédric Mourier, Simon pense déjà à son futur adversaire en quarts de finale, un certain Jo-Wilfried Tsonga... "Il est difficile à battre sur cette surface mais c'est la mienne aussi..., avouait-il enfin. Et dans un bon jour je peux aussi être difficile à battre !" Autant de signes que l'ancien sixième joueur mondial est plus que jamais en course pour une place de titulaire en simple pour la finale de la Coupe Davis. Mais il n'est pas tout seul... Son ami Gaël Monfils, brillant en demi-finale face à l'Argentine, l'a d'ailleurs rappelé dans la foulée, en dominant sans trembler le Belge Steve Darcis. Vainqueur en deux sets et un peu plus d'une heure d'un Liégois issu des qualifications (6-4, 6-4), "la Monf" s'invite donc lui aussi à la fête mais aura fort à faire face au géant américain John Isner, qui a remporté trois de leurs quatre confrontations et tentera d'écarter son troisième tricolore consécutif à Montpellier. Une fête à laquelle ne participeront pas Michaël Llodra, vaincu par Albert Montanes (6-4, 7-6), et surtout Richard Gasquet, tombé face à Jarkko Nieminen malgré une bonne entame (4-6, 7-6, 6-2). Une nouvelle défaite dans un match à sa portée qui ne devrait pas amener Guy Forget à reconsidérer son cas, autre que dans un rôle de joker.