Simon renoue avec le succès

  • A
  • A
Simon renoue avec le succès
@ Reuters
Partagez sur :

TENNIS - A Metz, le Français s'est qualifié pour sa première demi-finale de la saison.

TENNIS - A Metz, le Français s'est qualifié pour sa première demi-finale de la saison. C'est un beau mois de septembre qu'est en train de vivre Gilles Simon. Un US Open plutôt réussi, achevé au 3e tour contre Rafael Nadal, la naissance de son premier enfant, Timothée, le 3, une qualification pour la finale de la Coupe Davis avec l'équipe de France, et enfin une première demi-finale sur le circuit ATP, à l'Open de Moselle, après une victoire étriquée contre Xavier Malisse (7-5, 4-6, 6-1). Pas mal. Surtout vu son début d'année 2010... A Metz, sans pour autant flamber sur le court, Simon se montre pragmatique, en attendant mieux. Jeudi, déjà, face au modeste Néerlandais Sijsling (6-1, 6-7, 6-3), le Niçois avait dû s'accrocher et batailler. Le scénario s'est plus ou moins répété ce vendredi contre Malisse. "A défaut de très bien jouer, j'ai été assez lucide sur le terrain, explique Simon. Je me suis posé les bonnes questions, notamment au début du 3e set. J'ai imposé le combat physique, et c'est passé. (...) J'avais les moyens de faire un très bon match, en termes tennistiques. Ça n'a pas été le cas. J'avais du mal à être agressif, à jouer près de ma ligne. Je suis frustré. Je sens que les sensations sont là." "Tant pis pour le spectacle..." Par moments, Simon s'est montré plutôt bon, incisif sur les points importants, notamment en fin de première manche lorsqu'il a fallu aller chercher le service d'un Malisse solide au service pour boucler la première manche (7-5). Mais tout s'est ensuite déréglé. Peut-être l'effet de la fatigue, et de l'enchainement des matches (4 en 6 jours avec le simple de Coupe Davis dimanche). Et les "parasites" qui "grippent" sa machine ces dernières semaines sont revenus, à commencer par un service qui s'est délité. Alors Simon s'accroché. "Au 3e set, je me suis dit tant pis pour le spectacle, tu la pousses et tu ne rate pas", avouera-t-il après coup. L'essentiel est acquis : la victoire et une première demi-finale sur le circuit ATP depuis Lyon en octobre dernier. Ce sera contre Marin Cilic, ou Philipp Kohlschreiber. "Quoiqu'il arrive, il faudra que je joue un peu mieux qu'aujourd'hui, estime Simon. Mais je commence à être de nouveau compétitif." Et c'est bien là le plus important. Surtout qu'à cette période, et d'ici décembre et la finale de la Coupe Davis en Serbie, les performances des Tricolores en simple vont être scrutées avec une évidente attention. Comme celle de Richard Gasquet ce vendredi soir face à Tommy Robredo.