Simon, les bons calculs

  • A
  • A
Simon, les bons calculs
Partagez sur :

Victorieux ce samedi de Mikhail Youzhny (3-6, 6-3, 6-1), Gilles Simon s'est qualifié pour la finale du tournoi de Hambourg, où il tentera de décrocher son deuxième titre de la saison après Sydney. Le Niçois, s'il s'impose en Allemagne, empochera de précieux points avant la tournée nord-américaine et se rapprochera un peu plus de son objectif, réintégrer le top 10.

Victorieux ce samedi de Mikhail Youzhny (3-6, 6-3, 6-1), Gilles Simon s'est qualifié pour la finale du tournoi de Hambourg, où il tentera de décrocher son deuxième titre de la saison après Sydney. Le Niçois, s'il s'impose en Allemagne, empochera de précieux points avant la tournée nord-américaine et se rapprochera un peu plus de son objectif, réintégrer le top 10. Gilles Simon sait compter, c'est une certitude. Il sait aussi résoudre un problème devant lequel il est longtemps resté sans solution. Ce problème, qui pourrait ne plus en être un, porte le nom de Mikhail Youzhny, un adversaire contre qui il avait perdu leurs sept premières confrontations avant de gagner les deux dernières, en début de saison à Dubaï et donc ce samedi en demi-finales à Hambourg. Appliqué, le Niçois s'est imposé en trois manches (3-6, 6-3, 6-1) et jouera dimanche sa deuxième finale de l'année après celle disputée et remportée à Sydney en janvier. Seul Français titré en 2011, Simon, s'il s'impose en finale, deviendrait le premier tricolore à remporter un tournoi ATP 500 depuis Jo-Wilfried Tsonga à Tokyo en octobre 2009. Mais au-delà du palmarès, avec un hypothétique neuvième trophée en carrière, il engrangerait surtout de précieux points en vue de la tournée nord-américaine sur dur et notamment des deux Masters 1000 à Montréal et Cincinnati, où il pourrait bénéficier d'un statut de tête de série n°16 ou moins, et donc d'être relativement protégé lors du tirage au sort. Ses bons calculs ne s'arrêtent pas là puisque Simon a la secrète ambition de réintégrer le top 10 d'ici la fin de la saison. Un objectif dans ses cordes puisqu'il n'a aucun point à défendre dans les deux prochains Masters 1000 (il avait perdu dès le premier tour en 2010) et les 90 de son troisième tour à l'US Open l'an dernier. Même constat à l'automne prochain puisque ses précédents résultats à Shanghai (battu d'entrée) et à Paris-Bercy (défaite au deuxième tour) lui offrent un vrai boulevard devant lui. Quinzième à la Race, il grimperait déjà à la 10e place en cas de victoire à Hambourg, avec donc un oeil plus qu'intéressé sur les ATP Finals de Londres. Toutes ces statistiques sont bien jolies, mais sur le plan du jeu, où en est-il ? Dans de bonnes dispositions, cela ne fait aucun doute. Très convaincant contre Gaël Monfils la veille, Simon a tranquillement pris la mesure de Mikhail Youzhny, qui lui a d'abord posé des problèmes dans la première manche (3-6). Le Russe, au revers chatoyant, pâtit cette saison par manque de régularité. Il l'a encore démontré sur la terre battue allemande, face à un Niçois très costaud en défense et en pleine réussite sur les points importants (6/6 sur balles de break). En revenant à un set partout (6-3), Simon avait fait le plus dur puisque Youzhny a ensuite explosé en vol (6-1). Simon l'avait déjà calculé...