Simon, c'est si bon !

  • A
  • A
Simon, c'est si bon !
Partagez sur :

Après près de deux heures de combat, Gilles Simon a glané le huitième titre de sa carrière, ce samedi, en remportant le tournoi de Sydney. Le Niçois est venu à bout de Viktor Troicki en deux manches (7-5, 7-6 [4]). Une victoire face au Serbe qui rappellera forcément la finale de Coupe Davis... Le Tricolore prépare au mieux son Open d'Australie, où il devrait retrouver Roger Federer dès le deuxième tour.

Après près de deux heures de combat, Gilles Simon a glané le huitième titre de sa carrière, ce samedi, en remportant le tournoi de Sydney. Le Niçois est venu à bout de Viktor Troicki en deux manches (7-5, 7-6 [4]). Une victoire face au Serbe qui rappellera forcément la finale de Coupe Davis... Le Tricolore prépare au mieux son Open d'Australie, où il devrait retrouver Roger Federer dès le deuxième tour. Voilà une victoire qui aura peut-être le don de remuer le couteau dans la plaie. Gilles Simon vient en effet de remporter le tournoi de Sydney, samedi, en battant en finale Viktor Troicki (7-5, 7-6 [4]). Le même qui avait laminé Michaël Llodra lors du match décisif de finale de Coupe Davis, en décembre dernier, alors qu'il n'avait jamais réussi à vaincre Simon. Mais inutile d'épiloguer sur les choix de Guy Forget, le Saladier d'argent a désormais trouvé sa place à Belgrade, et à force d'utiliser des "si", on mettrait une baleine dans une boîte d'allumettes. C'est donc dans un contexte forcément différent que le Niçois est allé s'offrir le huitième titre de sa carrière, le premier pour l'année 2011. Après avoir affronté l'inconstant Ernests Gulbis la veille, Gilles Simon s'est donc engagé dans un terrible bras de fer avec le Serbe. Les deux hommes commencent donc par s'échanger les breaks (2-2), avant de se diriger tout droit vers un tie-break. Un jeu décisif qui n'aura jamais lieu puisque les nerfs de Troicki vont lâcher une première fois sur une volée manquée, suivie d'une faute directe (7-5). L'élève de Jan de Witt en jette alors sa raquette, mais inflige ensuite un 3-0 à un Simon amorphe. Mais fidèle à lui-même, le Français ne montre rien de sa détresse, et surtout, repasse la seconde pour ensuite enfiler quatre jeux de suite et se relancer (4-3). C'était écrit, ce match se jouerait au mental. Et à ce petit jeu-là, le Niçois est imbattable. Imperturbable malgré un break à 5-5, "Gillou" pousse son adversaire au tie-break. Et si Troicki serre les dents, cette faute de pied (sévèrement) signalée par une juge de ligne achève le Serbe, qui s'incline quelques points plus loin (7-6 [4]). Avec ce succès, son cinquième de rang, et son deuxième en finale face à son ennemi préféré, Gilles Simon va pouvoir s'offrir une bouffée d'air au classement ATP, et faire son retour dans les trente premiers mondiaux. Le genre de classement qui permet d'être tête de série en Grand Chelem, et du même coup éviter Roger Federer au deuxième tour. Mais, après tout, le Suisse ne l'a jamais battu non plus...