Simon a de la ressource

  • A
  • A
Simon a de la ressource
Partagez sur :

Du mieux pour Gilles Simon ! Battu d'entrée la semaine dernière à Montréal par l'Allemand Phillip Petzschner, le Français s'est qualifié pour les huitièmes de finale du Masters 1000 de Cincinnati mercredi en sortant en trois manches le Serbe Janko Tipsarevic (6-7, 6-2, 6-3). Une performance qu'il tentera de confirmer au tour suivant face à l'Espagnol David Ferrer. Qualification facile pour Novak Djokovic face à l'Américain Ryan Harrison (6-2, 6-3).

Du mieux pour Gilles Simon ! Battu d'entrée la semaine dernière à Montréal par l'Allemand Phillip Petzschner, le Français s'est qualifié pour les huitièmes de finale du Masters 1000 de Cincinnati mercredi en sortant en trois manches le Serbe Janko Tipsarevic (6-7, 6-2, 6-3). Une performance qu'il tentera de confirmer au tour suivant face à l'Espagnol David Ferrer. Qualification facile pour Novak Djokovic face à l'Américain Ryan Harrison (6-2, 6-3). Trois sur six ! Des six Français en lice mercredi au deuxième tour du Masters 1000 de Cincinnati, il n'en reste plus que la moitié en huitièmes de finale. Si Jo-Wilfried Tsonga, Michael Llodra et Julien Benneteau sont restés en rade, victimes respectivement d'Alex Bogomolov Jr, de Fernando Verdasco et de Rafael Nadal, Richard Gasquet, Gaël Monfils malgré une forme physique précaire, et Gilles Simon poursuivent leur périple américain. Dans la nuit de mercredi à jeudi en France (en soirée sur place), Gilles Simon a en effet rejoint ses deux compatriotes en infligeant au Serbe Janko Tipsarevic, sa troisième défaite en autant de matches. Une victoire cependant longue à se dessiner, puisque comme au Masters 1000 de Miami en mars (4-6, 7-6, 6-2), le Niçois a entrevu la défaite en perdant la première manche puis en étant mené 2-0 dans la seconde, avant de se reprendre spectaculairement sous la forme d'une série de six jeux consécutifs qui lui a permis d'égaliser à un set partout puis de conclure la partie au troisième après 2h44 d'un combat acharné (6-7, 6-2, 6-3). Comme au tour précédent face à l'Autrichien Jürgen Melzer, lui aussi sorti en trois manches (6-7, 6-3, 7-5), Simon a dû s'employer physiquement pour franchir le cap, le voilà désormais confronté à David Ferrer, tête de série n°5 du tournoi et vainqueur, lui aussi en trois sets (4-6, 6-1, 7-5), du Bulgare Grigor Dimitrov pour son entrée dans le tournoi. Un adversaire que le Français n'a jamais battu en deux confrontations qui remontent à 2007, remportées très facilement par l'Espagnol, à chaque fois sur terre battue (6-3, 6-1 à Monte Carlo, 6-0, 6-1 à Bastad). La donne sera sans doute différente à Cincinnati sur une surface rapide censée moins avantager Ferrer, mais Simon sait qu'il lui faudra améliorer son rendement au service (seulement 48% de premières balles face à Tipsarevic) pour espérer jouer son deuxième quart de finale de Masters 1000 cette saison, après celui de Miami au printemps. Djokovic moyennement satisfait Du côté de Novak Djokovic, les tournois se suivent et se ressemblent. Vainqueur dimanche dernier de son cinquième Masters 1000 de la saison, une première depuis l'instauration de ces tournois d'élite, le Serbe a attaqué sa semaine sur la côte Est des Etats-Unis par un succès facile sur l'espoir américain Ryan Harrison, bénéficiaire d'une wild-card, tombé en deux manches (6-2, 6-3) et 1h17 de jeu. Un succès que le nouveau numéro 1 mondial n'a cependant que modérément apprécié, se montrant moyennement satisfait de son niveau de jeu: "Ce fut un démarrage poussif, pas un bon démarrage. Je n'ai pas bien servi aujourd'hui, le reste a été plutôt bon. Du fond du court, je n'ai pas fait trop de de fautes directes, j'ai bien retourné et plutôt bien joué pour un match d'ouverture." Un match synonyme de 54e victoire de la saison (pour une seule défaite !) pour le Serbe qui affrontera au tour suivant l'un des hommes en forme du moment, le Tchèque Radek Stepanek, récent vainqueur de Gaël Monfils en finale du tournoi de Washington. Les deux hommes ne se sont plus affrontés depuis deux ans et une victoire de Djokovic à Bâle, ce dernier menant 5-1 dans leurs confrontations directes.