Si la Coupe du monde m'était contée

  • A
  • A
Si la Coupe du monde m'était contée
@ Reuters
Partagez sur :

CM2010 - Dans L'Etonnante Saga du mondial, Peter Seddon retrace l'histoire de la Coupe du monde.

CM2010 - Dans L'Etonnante Saga du mondial, Peter Seddon retrace l'histoire de la Coupe du monde.Incollable sur la Coupe du monde ? Alors que le Mondial démarre dans 29 jours en Afrique du Sud, Peter Seddon, chroniqueur sportif de renom outre-Manche, vous propose de revivre les dix-neuf éditions précédentes à travers les petites et grandes histoires de l'un des plus grands évènements sportifs de la planète. A travers plus de cent anecdotes, l'auteur raconte ce qui a fait l'histoire de la Coupe du monde, dans ses moments les plus graves, comme les plus drôles. Après une préface de Vikash Dhorasoo, qui raconte ici sa finale de la Coupe du monde 2006 qu'il a suivie du banc des remplaçants, la première de ces histoires dévoile ainsi comment le club écossais de Renton s'est auto-proclamé meilleure équipe du monde en 1888. Par la suite, on apprend pêle-mêle comment l'Espagne fut écartée du Mondial 1954 en Suisse, après un simple tirage au sort, ou que Milo Gaidarski et Petar Mikhtarski sont les deux seuls joueurs bulgares à avoir participé à la compétition et dont le nom ne se terminait pas par un v.Montserrat, pire équipe de la planèteOn passe donc, dans un ordre chronologique, de ce genre d'anecdotes plutôt décalées à d'autres plus graves, comme cette participation du Zaïre au Mondial 1974. Tyrannisés par Mobutu, tout juste arrivé au pouvoir, les Zaïrois vont en effet passer à côté de leur Coupe du monde, avec des conséquences irréversibles pour leur futur. Néanmoins, la palme de l'ingérence politique revient peut-être à Uday Hussein, le fils de Sadam, coupable de tortures sur les joueurs irakiens quand ceux-ci n'ont pas obtenu leur qualification pour le Mondial de 1998.Heureusement, à côté de ces tragiques histoires figurent quelques anecdotes plus réjouissantes, à l'image de cette "autre finale", qui s'est déroulée le 30 juin 2002, jour de la vraie finale de Coupe du monde entre l'Allemagne et le Brésil. Les deux pires équipes au classement Fifa, Montserrat et le Bouthan (4-0 pour le Bouthan), se sont alors opposées pour désigner officieusement, et dans la bonne humeur, le titre de plus mauvaise équipe du monde. Pour finir son livre, Peter Seddon a même dû jeter un dernier coup de crayon puisque l'ultime chapitre narre la désormais fameuse "main d'Henry". Suite de l'histoire, dans moins d'un mois, du côté Johannesburg.L'Etonnante Saga du Mondial, de Peter Deddon (traduction T. Beauchamp et F. Brument, préface de Vikash Dhorasoo). Editions Alphée. 350 pages, 21 euros, paru le 7 mai.