Séville tient tête au Barça

  • A
  • A
Séville tient tête au Barça
Partagez sur :

Etrillé par le Barça en octobre dernier (5-0), Séville est parvenu à tenir tête à l'ogre catalan dimanche soir dans son antre de Sanchez-Pizjuan (1-1), à l'occasion de la 28e journée de Liga. Si Bojan avait ouvert le score pour les Blaugrana (30e), Jesus Navas (49e) a permis aux Andalous de marquer un point précieux. Malgré ce nul, les hommes de Guardiola conservent cinq points d'avance sur leur dauphin le Real Madrid.

Etrillé par le Barça en octobre dernier (5-0), Séville est parvenu à tenir tête à l'ogre catalan dimanche soir dans son antre de Sanchez-Pizjuan (1-1), à l'occasion de la 28e journée de Liga. Si Bojan avait ouvert le score pour les Blaugrana (30e), Jesus Navas (49e) a permis aux Andalous de marquer un point précieux. Malgré ce nul, les hommes de Guardiola conservent cinq points d'avance sur leur dauphin le Real Madrid. Pas de répit pour le Barça. Vainqueur d'Arsenal mardi soir lors du match retour des huitièmes de finale de la Ligue des champions (3-1), les Catalans avaient droit à un match piège dimanche lors de la 28e journée avec un déplacement périlleux à Sanchez-Pizjuan, la pelouse du FC Séville. Face à une équipe revancharde, qui avait bu la tasse à l'aller au Camp Nou (0-5), les Blaugrana ont dominé et failli l'emporter en fin de match. Mais il leur a manqué un peu de fraîcheur (et de réussite) pour venir à bout d'une solide équipe andalouse. La rencontre n'a d'ailleurs pas débuté sous les meilleurs auspices pour le Barça. Si le capitaine Carles Puyol, insuffisamment remis d'une tendinite au genou gauche, est de nouveau contraint de déclarer forfait, Gérard Piqué est bien de retour en défense. De son côté, Pedro, touché face aux Gunners, tient sa place en attaque, aux côtés de Lionel Messi et David Villa. Mais l'international espagnol ne reste que quelques minutes sur la pelouse, remplacé par Bojan avant le quart d'heure de jeu. Avant ce premier changement, les hommes de Guardiola ont déjà été victime d'un coup du sort. Alors que Messi vient d'ouvrir la marque sur coup franc, le but est refusé pour une faute, pas du tout évidente, de Sergio Busquets (8e). C'est ensuite au tour des Sévillans de contester une décision de l'arbitre suite à une légère poussette de Dani Alves sur Didier Zokora dans la surface (15e). Messi et Iniesta sur la barre En dépit de ce démarrage poussif, le Barça trouve la faille. Sur une superbe ouverture d'Andres Iniesta, Dani Alves contrôle dans la surface et décale Bojan, qui n'a plus qu'à pousser le cuir dans le but vide (29e). On pense alors que le match va devenir facile pour les Catalans, mais le sort s'en mêle. Sur une petite passe en profondeur de Xavi, Messi place sa tête qui échoue sur la transversale (42e). Décidé à contrarier les plans de Guardiola, Gregorio Manzano fait entrer Frédéric Kanouté au retour des vestiaires. Bien lui en a pris, puisque le Malien va poser de gros problèmes à la défense catalane. Sur une très belle ouverture du joueur formé à Lyon, Negredo embarque Victor Valdes et Alves et parvient à centrer devant le but où Jesus Navas est là pour couper la trajectoire de la tête (1-1, 49e). Tout est à refaire pour le Barça, qui pousse mais n'est pas non plus à l'abri d'un contre. Il faut ainsi un réflexe du pied de Valdes pour détourner un tir croisé de Navas, qui a bien failli profiter du bon travail de Perotti sur le côté gauche (75e). Le portier blaugrana s'interpose ensuite sur un tir lointain de Kanouté (80e). Le Barça a lui aussi l'occasion de conclure, mais Iniesta, d'une frappe de l'entrée de la surface, trouve encore la barre (86e), alors que Medel sauve sur sa ligne une nouvelle tentative du milieu catalan (90e +3). C'est donc sur ce score de parité que se quitte les deux équipes. Si les Blaugrana peuvent avoir des regrets, au vu du nombre d'occasions qu'ils se sont créées, ce résultat n'est pas forcément une mauvaise affaire, car ils conservent tout de même encore cinq points d'avance sur le Real Madrid, vainqueur samedi d'Hercules (2-0). De leur côté, les Sévillans, auteurs d'une belle prestation collective, peuvent nourrir des ambitions pour la fin de saison et espérer se rapprocher des places européennes.