Sestrière n'a pas fait le tri

  • A
  • A
Sestrière n'a pas fait le tri
Partagez sur :

Au terme d'une 20e étape, disputée samedi entre Verbania et Sestrière et remportée par Vasyl Kiryienka, Alberto Contador a définitivement scellé le sort du Giro 2011. Le maillot rose n'a pas eu à forcer son talent pour suivre le rythme de ses poursuivants directs, Michele Scarponi et Vincenzo Nibali, qui se départageront lors du contre-la-montre final. John Gadret, 4e du général, devra encore piocher pour conserver cette belle place d'honneur.

Au terme d'une vingtième étape, disputée samedi entre Verbania et Sestrière et remportée par le courageux Vasyl Kiryienka, Alberto Contador a définitivement scellé le sort du Giro 2011. Le maillot rose n'a pas eu à forcer son talent pour suivre le rythme de ses poursuivants directs, Michele Scarponi et Vincenzo Nibali, qui se départageront lors du contre-la-montre final. John Gadret, quatrième du général, devra encore piocher pour conserver cette belle place d'honneur. Maillot rose depuis sa bouillante éruption dans l'Etna, lors de la neuvième étape, Alberto Contador, à l'image d'un monarque, distribue les bons comme les mauvais points depuis sa prise de pouvoir. Au lendemain de son geste de seigneur en faveur de Paolo Tiralongo, un ancien gregario qui l'avait aidé dans sa conquête d'un troisième Tour de France, l'Espagnol a laissé ses antagonistes s'expliquer entre eux, se contentant de les suivre dans un fauteuil de sénateur pour conserver sa belle avance au classement général. Une âpre bataille, là-aussi, pour la seconde place car Vasyl Kyrienka, rescapé de l'échappée de la première heure, a merveilleusement résisté au retour des ténors dans la montée vers Sestrière. Le coureur bélarusse de la Movistar, qui a dédié ce succès à son ancien coéquipier Xavier Tondo, disparu cette semaine après un tragique accident, a franchi la ligne d'arrivée avec 4'43" d'avance sur Jose Rujano et 4'50" sur Joaquin Rodriguez. Michele Scarponi, sixième de la levée du jour dans le même temps que Contador, a quant à lui repris 22 secondes précieuses à Vincenzo Nibali dans la perspective du contre-la-montre final, disputé dimanche dans les rues de Milan. Cette dernière étape en ligne, vrai condensé de ce Giro 2011 avec ses 242 kilomètres interminables et ses deux ascensions mythiques, a en effet dessiné une hiérarchie finale que l'exercice chronométré ne devrait, sauf défaillance, pas bouleverser. Après deux semaines de vaches maigres, les coureurs italiens souhaitaient rouler sur la belle dynamique entretenue par Diego Ulissi, Eros Capecchi et Paolo Tiralongo, lauréats des trois dernières levées. Scarponi et Nibali, qui voulaient en découdre pour la place de dauphin et s'offrir une victoire de prestige, ont été piégés par l'appétit débordant de Kyrienka avant de subir les attaques de seconds couteaux (Rujano, Rodriguez, Menchov) sans opposer la moindre résistance. Une explication de texte qui a fait pschitt jusqu'à ce que le coureur de la Lampre ne prenne les choses en main à 1,5km du sommet... Une initiative tardive qui lui permettra néanmoins dimanche de s'élancer avec 56 secondes d'avance sur son compatriote. Un matelas non négligeable au regard de ses aptitudes inférieures dans le chrono. En revanche, John Gadret, qui s'est arraché dans les derniers hectomètres pour contrer les offensives des coureurs placés derrière lui au général, devrait conserver sa belle quatrième place malgré de grosses limites dans l'effort solitaire. Un dessein que le roi Contador ne pourra contester, lui qui a désormais course gagnée.