Serena encore trop forte

  • A
  • A
Serena encore trop forte
Partagez sur :

Malgré une année d'inactivité, Serena Williams a repris ses bonnes habitudes à Wimbledon, face à Aravane Rezaï (6-3, 3-6, 6-1). L'Américaine a difficilement dominé une Stéphanoise nerveuse (8 double fautes, 22 fautes directes), pour entamer du bon pied la défense de son titre dans la capitale anglaise.

Malgré une année d'inactivité, Serena Williams a repris ses bonnes habitudes à Wimbledon, face à Aravane Rezaï (6-3, 3-6, 6-1). L'Américaine a difficilement dominé une Stéphanoise nerveuse (8 double fautes, 22 fautes directes), pour entamer du bon pied la défense de son titre dans la capitale anglaise. Elle attendait ce moment avec une telle impatience. En signant son 13e ace de la journée, synonyme de victoire 6-3, 3-6, 6-1 face à Aravane Rezaï au premier tour de Wimbledon, Serena Williams n'a pu réprimer ses sanglots. "Je voulais gagner au moins un match ici, confiera-t-elle ensuite, toujours en larmes. Et je crois que c'est la première fois que je pleure de joie..." Ecartée des courts pendant une interminable année en raison de blessures aux pieds - et d'une drôle affaire de verre cassé dans un restaurant munichois - avant d'avoir "la peur de sa vie" en mars dernier en raison d'une embolie pulmonaire, l'Américaine est tout simplement heureuse de pouvoir à nouveau jouer au tennis. Quinzième mondiale l'an passé et retombé aujourd'hui au 61e rang, Aravane Rezaï vit elle aussi une annus horribilis, mais d'un autre genre. Entre de graves problèmes familiaux (Lire Rezaï devant les tribunaux) et des résultats indignes de son talent, elle n'a pas réussi à atteindre le moindre quart de finale depuis le début de saison, subissant même des éliminations d'entrée en Australie et à Roland-Garros ainsi qu'à Monterrey, Miami, Marbella, Madrid ou encore Eastbourne la semaine dernière, où Serena Williams aura elle gagné au moins un match pour signer son retour après une année d'absence. Une septième double faute fatale Ce deuxième affrontement entre les deux joueuses, qui a eu les honneurs d'un Centre Court où l'on pouvait notamment apercevoir Diana Ross, une autre diva, aurait - contrairement au premier, l'an passé à Sydney - pu tourner en faveur de la Tricolore. Mais celle-ci s'est montrée bien trop nerveuse et imprécise (8 double fautes et 22 fautes directes) pour espérer l'emporter. La Stéphanoise n'aura ainsi pas su capitaliser sur le break heureux réalisé d'entrée avec l'aide du filet, offrant ensuite un jeu de service blanc à son adversaire (2-2). Dominée dans l'échange, celle qui évolue désormais sans entraîneur depuis l'arrêt de sa collaboration avec Alexia Dechaume se montre de plus en plus offensive et bouscule une Américaine clairement en manque de rythme, s'imposant même avec autorité - et grâce à un service ponctuellement retrouvé - pour remporter la deuxième manche. Sa septième double faute lui sera pourtant fatale, permettant à la cadette des Williams de réaliser le break dans le dernier acte (3-1), et de filer vers un deuxième tour où elle devrait poursuivre sa montée en puissance face à la Roumaine Simona Halep, elle qui est donc toujours en lice pour triompher une cinquième fois au All England et égaler sa soeur Venus. Aravane Rezaï, si elle subit une nouvelle élimination au premier tour, pourra néanmoins y trouver quelques motifs d'encouragement pour la fin de saison. C'est toujours ça de pris.