Semenya conserve son titre

  • A
  • A
Semenya conserve son titre
Partagez sur :

ATHLETISME: Caster Semenya est assurée de conserver son titre de championne du monde acquis à Berlin sur 800 mètres.

Caster Semenya peut enfin respirer. Si certains doutes quant à sa féminité subsistent encore, la Sud-Africaine est au moins assurée de conserver son titre de championne du monde acquis à Berlin sur 800 mètres, en août dernier. L'IAAF a souhaité mettre en avant la non-culpabilité de la championne dans cette affaire.Caster Semenya peut enfin souffler. Elle qui était ces dernières semaines "très fatiguée, et traumatisée par tous les évènements récents", selon son entraineur Michael Steen, est enfin assurée de rester championne du monde du 800 mètres. Le ministère des Sports sud-africain l'a annoncé ce jeudi, à l'issue d'une réunion avec l'IAAF et les avocats de Semenya, la jeune athlète de 18 ans a été reconnue "innocente de toute faute", et conservera bien sa médaille d'or obtenue lors des Mondiaux de Berlin en août.Mais la question de sa féminité n'est pas encore levée. L'IAAF, qui s'était déjà refusé à commenter une information du quotidien australien Daily Telegraph, selon lequel Semenya présenterait des caractères sexuels à la fois masculins et féminins, n'a toujours pas souhaité s'exprimer jeudi et ne semble pas prête à le faire dans les prochaines semaines. Il a en effet été convenu que les résultats des tests de féminité pratiqués sur Semenya, en août lors des Mondiaux, ne seront pas rendus publics et traités de manière confidentielle. "Les implications des résultats scientifiques sur la santé et la vie de Caster seront analysés par Caster qui prendra elle-même une décision sur son avenir. Quelle que soit cette décision, nous la respecterons", a communiqué le ministère des Sports sud-africain. Leonard Chuene a quitté ses fonctions à l'ASA et l'IAAFSi Semenya n'a pas triché, et n'est donc pas suspendue, on imagine mal l'athlète sud-africaine retrouver les pistes la saison prochaine, vu le tollé qu'elle avait malgré elle suscité. Surtout si les doutes sur sa féminité sont confirmés. "Il faut voir si elle tire un avantage de son intersexualité par rapport aux autres", avait déclaré un membre de l'IAAF en septembre. L'IAAF laisserait alors le soin à Semenya de se retirer d'elle-même de la compétition.Dans les instances, l'affaire Semenya est encore loin d'être terminée là aussi. L'IAAF a ouvert une enquête sur la gestion de ce cas par la Fédération sud-africaine d'athlétisme (ASA). D'ores et déjà, on sait que le président de l'ASA, Leonard Chuene, qui avait menti sur l'existence de ces tests avant de se raviser, a démissionné de toutes ses fonctions à l'ASA et à l'IAAF. Il y a deux semaines, le Comité olympique sud-africain (Sascoc) avait déjà suspendu le président, le comité directeur et des membres de l'ASA. D'autres têtes seront sûrement réclamées...