Seigne, retour en Berjallie

  • A
  • A
Seigne, retour en Berjallie
Partagez sur :

Au surlendemain d'une déroute face à La Rochelle, qui enterre pour de bon les espoirs de maintien du club, le comité directeur du CSBJ a officialisé lundi le retour de Laurent Seigne en Berjallie en tant que "conseiller spécial du président", chargé de préparer la prochaine saison en Pro D2. Les entraîneurs Catinot et Péméja suspendus, une solution interne devra permettre d'assurer la fin de saison. Le club fera appel de la sanction infligée par la Ligue.

Au surlendemain d'une déroute face à La Rochelle, qui enterre pour de bon les espoirs de maintien du club, le comité directeur du CSBJ a officialisé lundi le retour de Laurent Seigne en Berjallie en tant que "conseiller spécial du président", chargé de préparer la prochaine saison en Pro D2. Les entraîneurs Catinot et Péméja suspendus, une solution interne devra permettre d'assurer la fin de saison. Le club fera appel de la sanction infligée par la Ligue. C'était il y a cinq ans. Laurent Seigne tournait le dos à un CSBJ alors encore au top du rugby français. Entraîneur des avants berjalliens de 2002 à 2005, l'ancien pilier international, épaulé à l'époque par Philippe Saint-André, aura conduit sous ses ordres le club isérois par deux fois en demi-finales du championnat. Cinq ans plus tard et Seigne, libre depuis son éviction à Brive en 2009, est de retour au chevet d'un club au bord de l'asphyxie, chargé de maintenir en vie et de relancer le mythe ciel et grenat. Finalisée lundi au cours d'une dernière entrevue avec Gaston Maulin, son arrivée a été officialisée dans la soirée, à l'issue du comité directeur du club, "en qualité de conseiller du président, en charge du secteur sportif". Si le club berjallien n'indiquait déjà pas quel serait le sort réservé aux deux entraîneurs actuels, Xavier Péméja et Eric Catinot, Le Dauphiné Libéré révélait que les deux techniciens étaient suspendus de leurs fonctions, très exactement "dispensés d'encadrement et de matchs de l'équipe professionnelle", avant que la nouvelle organisation du staff sportif ne soit présentée aux joueurs ce mardi matin. Catinot et Péméja, "en vacances car ils sont très fatigués", osera même, sans rire, le président Maulin. Un communiqué publié sur le site du club, sans même prendre le soin de confirmer la suspension du duo, annonce ce mardi la nomination de Laurent Mignot et Stéphane Orjollet, respectivement directeur et directeur-adjoint au sein d'un centre de formation reconnu comme l'un des meilleurs de l'Hexagone, en tant qu'entraîneurs de l'équipe première, accompagnés dans leur nouvelle fonction par Jean-Michel Thévenon, co-entraîneur des Espoirs avec Orjolet, qui interviendra sur certains ateliers spécifiques. Seigne: "Les vertus «ciel et grenat», ça veut dire quelque chose" Homme de réseaux par excellence, Seigne, lui, s'apprête à diligenter "un audit sportif", selon ses propres termes rapportés par Le Progrès, avant d'entamer cette mission de "restructuration sportive en vue de la saison prochaine", confiée par son président. Le futur manager du club, charge qu'il endossera en juin prochain et pour trois ans, va activer ses contacts pour préparer le CSBJ au défi de la Pro D2. "Je sais pertinemment où je mets les pieds", lâche-t-il, lucide quant à l'ampleur de la tâche. "Je suis conscient que le club est en train de vivre un traumatisme et va descendre en Pro D2. De nombreux joueurs vont quitter le club. Alors, on va partir d'une page blanche pour reconstruire en s'appuyant sur un budget (7 à 8 millions d'euros) en rapport avec les moyens de Bourgoin." Une page blanche, comme si ces trois dernières saisons n'existaient déjà plus, à l'image d'un staff et d'une équipe qui semblent déjà passés par pertes et profits. Seigne n'est pourtant que dans son rôle, bien décidé à réussir son retour et pour cela à s'appuyer sur le vivier local. "La région berjallienne est une terre de rugby qui a vu éclore de nombreux talents, souligne-t-il encore dans les colonnes du quotidien régional. Il n'y a pas de raison que cette source se tarit. Les jeunes du cru ont des qualités. Je souhaite qu'ils adhèrent au projet. J'espère vraiment vivre cette aventure avec eux. Bien sûr, il faudra les encadrer par des joueurs expérimentés, rompus aux dures joutes de la Pro D2. Mais le CSBJ doit demeurer un club de région et fonctionner avec les autres entités du coin." Un modèle qui n'a jusqu'ici pas fait ses preuves... En attendant d'être rayé de la carte de l'élite, reste à savoir comment Bourgoin va traverser cette fin de saison aux allures de chemin de croix... "Tout est question d'état d'esprit, martèle Seigne. Ce n'est pas parce que le CSBJ s'apprête à quitter le Top 14 qu'il va perdre ses valeurs ancestrales. Les vertus «ciel et grenat», ça veut dire quelque chose dans le monde du rugby. J'y crois !"