Seattle, l'invité surprise

  • A
  • A
Seattle, l'invité surprise
Partagez sur :

Ce week-end a eu lieu la dernière journée de la saison régulière en NFL. L'occasion pour les Seattle Seahawks, tombeurs des St. Louis Rams (16-6), de se qualifier pour les playoffs... avec un bilan négatif. Et pour Brett Favre d'annoncer sa retraite, cette fois pour de bon. Les Green Bay Packers, qui ont étouffé les Chicago Bears (10-3), ont éliminé les New York Giants.

Ce week-end a eu lieu la dernière journée de la saison régulière en NFL. L'occasion pour les Seattle Seahawks, tombeurs des St. Louis Rams (16-6), de se qualifier pour les playoffs... avec un bilan négatif. Et pour Brett Favre d'annoncer sa retraite, cette fois pour de bon. Les Green Bay Packers, qui ont étouffé les Chicago Bears (10-3), ont du coup éliminé les New York Giants. LA STAT : 43,75 (Seattle Seahawks) 43,75% de victoires ont suffi aux Seahawks pour verrouiller la première place de la NFC West et se qualifier en playoffs. Une blague comparé aux parcours des autres champions de division. Le match à ne pas surtout perdre, Seattle l'a gagné dimanche soir face aux St. Louis Rams (16-6), qui terminent avec le même nombre de succès que leurs bourreaux (7 v. - 9 d.) mais échouent aux portes du tour de wild-card à cause d'un moins bon bilan face aux équipes de la poule. Cruel. Les hommes de Pete Carroll doivent-il pour autant avoir honte d'être devenus les premiers vainqueurs de division de l'histoire de la NFL avec plus de défaites au compteur que de succès ? "On n'a pas à s'excuser d'être en playoffs, répond le safety Lawyer Milloy. La façon la plus simple d'y aller est de remporter la division, point barre. Et c'est ce qu'on a fait." Autre satisfaction, les Seahawks disputeront le premier tour à domicile, un gros avantage même s'ils auront à faire aux tenants du titre, les New Orleans Saints. LE TOP : Green Bay Packers La victoire et c'est tout. Green Bay n'a pas mis les formes face à Chicago (10-3), mais l'essentiel pour les Packers était de l'emporter, qu'importe la manière, pour se qualifier en playoffs. Mission accomplie, donc, malgré trois quart-temps - presque quatre - verrouillé par les défenses. Ce n'est qu'en tout début de dernière période que les partenaires d'Aaron Rodgers ont fait la différence sur un touchdown d'un yard à la passe signé Donald Lee. "Je suis très fier de notre équipe, a déclaré le coach Mike McCarthy. Rien n'a été simple pour nous." Avec dix victoires contre six défaites en saison régulière, ses joueurs ont décroché la deuxième place de la division NFC North et affronteront les Philadelphia Eagles la semaine prochaine au tour de wild-card. LE FLOP : New York Giants La victoire des Packers a eu une autre conséquence, désastreuse pour les Giants. Malgré leur succès face aux Redskins (17-14), les New-Yorkais n'iront pas en playoffs. Une sentence qui a réjoui les fans de Washington au FedEx Field, qui ont chanté "Green Bay won !" dans les dernières minutes pour bien plomber le moral des coéquipiers d'Eli Manning. "C'est le vestiaire le plus triste que j'ai vu après une victoire, a assuré le defensive tackle Barry Cofield. On a échoué si près du but. Avoir gagné tout en n'ayant pas notre destin en main, c'est vraiment une sensation terrible." Cela n'empêchera pas le coach Tom Coughlin d'être encore sur le banc la saison prochaine, le co-propriétaire de la franchise John Mara l'ayant confirmé dans ses fonctions. LA PHRASE : "Je n'ai aucun regret", Brett Favre (Minnesota Vikings) C'est sur le banc de touche que Brett Favre, 41 ans, a mis un terme à sa longue et prestigieuse carrière. Le quarterback vétéran des Minnesota Vikings, vainqueur du Super Bowl en 1996 avec les Green Bay Packers, n'a donc rien pu faire pour éviter la défaite des Vikes face aux Detroit Lions (13-20), qui conclut une campagne 2010-11 galère pour lui. Déjà retraité à deux reprises en 2008 et 2009, l'emblématique n°4 a assuré que, cette fois, il ne reviendrait pas sur sa décision d'arrêter le football américain: "Je sais que c'est le moment, et ça va. Je le répète, je n'ai aucun regret. Individuellement et d'un point de vue collectif, j'ai fait plus que ce dont je rêvais." Dommage, malgré tout, que les blessures aient fini par le rattraper, lui qui semblait inusable. LE JOUEUR : Matt Ryan (Atlanta Falcons) Pour la première fois depuis 2004, les Falcons ont remporté le titre dans la division NFC South. Mieux, ils ont, grâce à leur succès obtenu contre les Panthers (31-10), terminé la phase régulière à la première place de la conférence Nationale: ils seront donc exemptés du tour de wild-card des playoffs et auront l'avantage de recevoir en demi-finales. Qui dit mieux ? En NFL, personne à part les New England Patriots. Face à Carolina, un joueur est sorti du lot: Matt Ryan. Avec deux passes de touchdown et 236 yards à la passe, le stratège d'Atlanta a égalé l'ancienne star Dan Marino avec 33 victoires à son compteur personnel, soit le plus grand nombre de succès pour un quarterback lors de ses trois premières saison dans la ligue depuis 1970. De là à faire des Falcons des candidats au Super Bowl, il n'y a qu'un pas.