Sciarra, l'ultime élan

  • A
  • A
Sciarra, l'ultime élan
Partagez sur :

Médaillé d'argent aux Jeux Olympiques de Sydney en 2000, Laurent Sciarra a toujours faim de basket. Raison pour laquelle le meneur de jeu français, 37 ans, a rejoint Pau-Lacq-Orthez cette saison. Un Elan Béarnais balayé à Cholet la semaine passée (51-89) qui doit rebondir contre Le Mans, vendredi soir, lors de la 2e journée de Pro A.

Médaillé d'argent aux Jeux Olympiques de Sydney en 2000, Laurent Sciarra a toujours faim de basket. Raison pour laquelle le meneur de jeu français, 37 ans, a rejoint Pau-Lacq-Orthez cette saison. Un Elan Béarnais balayé à Cholet la semaine passée (51-89) qui doit rebondir contre Le Mans, vendredi soir, lors de la 2e journée de Pro A. L'âge de la retraite, Laurent Sciarra s'en moque. Sinon il aurait sans doute déjà raccroché. Vainqueur de la Coupe de France avec Orléans la saison dernière, et désigné MVP de la finale remportée contre Gravelines-Dunkerque, le meneur de jeu français a eu l'occasion de quitter les parquets sur une bonne note, à trente-sept ans. Mais il a choisi de retourner au charbon en signant cet été à Pau-Lacq-Orthez, promu parmi l'élite après une saison en Pro B. Un promu pas comme les autres. L'Elan Béarnais est, malgré sa récente relégation, l'un des clubs les plus mythiques du championnat, l'un des plus titrés. "Pau est une place forte du basket français, même si ça a été un peu compliqué ces dernières saisons", assurait-il récemment sur RMC. Séduit par le projet palois et le discours des dirigeants, qui comptent sur son expérience pour maintenir le club en Pro A, Laurent Sciarra n'a pas hésité, lui qui pourtant voulait "éviter l'année de trop" en quittant Orléans. Un autre facteur l'a convaincu de rempiler: la présence sur le banc de Didier Dobbels, son ancien coach au Paris Basket Racing, en 1999-2000. Une saison qu'il avait terminée avec une médaille d'argent aussi surprenante qu'inespérée aux Jeux Olympiques de Sydney, avec l'équipe de France. "Je connais très bien l'entraîneur Didier Dobbels, avec qui je suis ami depuis longtemps. Dès qu'on a eu l'opportunité de remettre ça, on l'a fait", confirme-t-il. Les limites de l'effectif béarnais ne l'ont pas freiné, les ambitions mesurées du club non plus. Discret contre Cholet A peine remonté, Pau-Lacq-Orthez ne peut évidemment pas offrir à Laurent Sciarra les mêmes objectifs qu'Orléans, annoncé parmi les candidats au titre. Le lourd revers concédé dans la salle du champion de France choletais (51-89), la semaine dernière en ouverture de la saison, l'a prouvé. Même si l'Elan Béarnais était privé pour ce match de nombreux joueurs, notamment à l'intérieur. "Autant l'objectif était clairement défini l'an dernier après la descente, autant nous revenons en Pro A avec humilité", note Didier Dobbels dans les colonnes de La Dépêche du Midi. Le coach palois ne le cache pas, il espère "se maintenir rapidement en accrochant les dix ou douze victoires nécessaires". Et Laurent Sciarra, discret à la Meilleraie avec 3 points, 3 rebonds et 5 passes en 31 minutes, est l'un des pions essentiels de son équipe. Par son leadership, sa connaissance du haut niveau, sa rage de vaincre. Autant d'atouts qui seront utiles à l'Elan Béarnais au Palais des Sports contre Le Mans, vendredi soir lors de la 2e journée de Pro A. Un MSB dans le dur après son élimination aux portes de l'Euroligue et sa défaite contre Le Havre (55-58).