Schumacher brille enfin

  • A
  • A
Schumacher brille enfin
@ Reuters
Partagez sur :

F1 - L'Allemand a terminé troisième des deux séances d'essais libres, en Espagne.

F1 - L'Allemand a terminé troisième des deux séances d'essais libres, en Espagne. Raillé pour ne pas dire décrié en ce début de saison, parfois descendu en flammes dans une presse allemande qui jadis l'idolâtrait, Michael Schumacher est-il en passe de prendre sa revanche ? S'il y a encore loin de la coupe aux lèvres pour l'ancien Baron rouge, sa performance du jour, aux essais libres 1 et 2 du Grand Prix d'Espagne, a le mérite de soulever la question. L'intéressé s'étant révélé le plus constant des pilotes du plateau ce vendredi, avec un troisième chrono accroché à deux reprises, dans le sillage des meilleurs.Pour la première fois de la saison, le septuple champion du monde s'est ainsi montré plus rapide que son talentueux coéquipier Nico Rosberg – celui-là même qui lui fait tant d'ombre depuis l'ouverture des hostilités – sur l'ensemble d'une journée. Un nouveau rapport de force assez net, illustré par un écart de trois à cinq dixièmes au tour, manifestement lié aux dernières retouches effectuées sur la Mercedes, dotée comme la plupart des monoplaces ce week-end d'un package aérodynamique revu et corrigé et d'un tout nouveau fond plat.Les Red Bull au rendez-vousException faite de Michael Schumacher, ce sont des experts de l'exercice qui se seront illustrés lors de ces première et deuxième séances d'essais libres, laissant présager une explication dominicale somme toute banale. Intouchables ce matin aux volants de leurs McLaren, Lewis Hamilton et Jenson Button ont annoncé la couleur avant de subir la loi cet après-midi des Red Bull de Sebastian Vettel et Mark Webber, lesquels avaient déjà répondu présent en première instance en signant les 5e et 4e temps.L'autre fait marquant de la journée aura été la montée en puissance de Fernando Alonso, parti piano en fin de matinée (8e à 1"124 de Hamilton) pour finalement s'établir au quatrième rang, à huit dixièmes d'un Vettel parvenu seul à passer sous la barre des 1'20 ce vendredi (1'19"965). Encourageant alors que le Taureau des Asturies, attendu au tournant ce week-end à domicile, étrennait là le fameux Conduit F made in Ferrari. A travers Robert Kubica, Renault n'aura pas été en reste, le Polonais s'en sortant avec des 7e et 6e chronos prometteurs sur les deux séances. Avec une grosse seconde de retard tout de même sur les meilleurs.