Schleck s'impose, Armstrong craque

  • A
  • A
Schleck s'impose, Armstrong craque
@ Reuters
Partagez sur :

TOUR - Le Luxembourgeois s'impose à Morzine, Evans est en jaune, Armstrong a craqué.

TOUR DE FRANCE - Le Luxembourgeois s'impose à Morzine, Evans est en jaune, Armstrong a craqué. On n'attendait pas forcément beaucoup d'enseignements de cette huitième étape, disputée entre la station des Rousses et Morzine-Avoriaz. Avec seulement deux cols de première catégorie, le tracé apparaissait juste bon à échauffer les coureurs en vue des Pyrénées, véritable juge de paix de ce Tour de France 2010. Pourtant, dans les contreforts de cette Grande boucle, outre la victoire d'Andy Schleck, la première de sa carrière sur l'épreuve, et le maillot jaune désormais sur les épaules de Cadel Evans, le fait marquant reste la journée noire vécue par Lance Armstrong, qui termine à près de douze minutes du Luxembourgeois. Écoutez Andy Schleck au micro de Loïs Ledu : Le septuple vainqueur du Tour a tout d'abord commencé par chuter à deux reprises sur le début du parcours, avant de craquer dans la montée du col de la Ramaz, première difficulté de la journée. Lâché par le peloton des leaders, qui, sous l'instigation des Astana, ne s'est pas privé de lui enfoncer la tête sous l'eau, l'Américain a même été victime d'une troisième chute en haut du col des Gets. Le visage désabusé, le Texan a alors choisi de finir à un train de sénateur, pour franchir la ligne plus de onze minutes après Andy Schleck. "Mon Tour est fini, mais je reste. Je vais profiter de la fin du parcours", lâchera-t-il sur la ligne d'arrivée. Devant lui, les favoris se sont eux livrés à un round d'observation, notamment dans les six derniers kilomètres de la montée vers Morzine-Avoriaz, après avoir avalé le valeureux Amaël Moinard, dernier rescapé de l'échappée matinale. On a donc vu l'équipe Astana d'Alberto Contador prendre les choses en main, tandis qu'Andy Schleck, livré à lui-même sans son frère, a placé une mine dans le dernier kilomètre. Une accélération fatale à l'Espagnol, tout comme à Cadel Evans. Toutefois, fort de sa courte avance sur le Luxembourgeois (20 secondes), l'Australien revêt le maillot jaune de leader, une tunique qu'il avait porté cinq jours en 2008. Suite mardi, entre Morzine et Saint-Jean-de-Maurienne.