Schalke confirme, le Bayern déçoit

  • A
  • A
Schalke confirme, le Bayern déçoit
Partagez sur :

Quatre jours après son carton à Milan face à l'Inter en quarts de finale de la Ligue des Champions (5-2), Schalke a retrouvé avec bonheur son arène de Gelsenkirchen, s'imposant (1-0) face à Wolfsburg lors de la 29e journée de Bundesliga. Dans le même temps, le leader Dortmund a arraché le nul à Hambourg (1-1), comme le Bayern Munich, incapable de battre Nuremberg et qui laisse Hanovre, victorieux de Mayence (2-0), reprendre la troisième place.

Quatre jours après son carton à Milan face à l'Inter en quarts de finale de la Ligue des Champions (5-2), Schalke a retrouvé avec bonheur son arène de Gelsenkirchen, s'imposant (1-0) face à Wolfsburg lors de la 29e journée de Bundesliga. Dans le même temps, le leader Dortmund a arraché le nul à Hambourg (1-1) comme le Bayern Munich, incapable de battre Nuremberg et qui laisse Hanovre, victorieux de Mayence (2-0), reprendre la troisième place. Pari réussi ! Schalke a parfaitement enchaîné et confirmé son succès retentissant à Milan lors du quart de finale aller de la Ligue des Champions mardi face à l'Inter (5-2). Opposés à Wolfsburg, toujours englué dans les bas-fonds du classement, les vice-champions en titre ont ravi leur public, s'imposant 1-0. Un scénario parfait alors que les Bleus retrouvaient leur ancien entraîneur, Félix Magath, remercié le mois dernier et revenu dans la foulée à Wolfsburg, club qu'il avait mené au titre en 2008. Son successeur, artisan de l'épopée d'Hoffenheim ces dernières saisons, Ralf Rangnick, peut savourer. Son équipe prend forme et retrouve la confiance qui lui faisait cruellement défaut ces derniers mois. L'Allemand n'avait rien changé ou presque de l'équipe victorieuse à Giuseppe Meazza. Seul Schmitz, aligné au milieu, n'était pas titulaire mardi, remplacé alors par Baumjohann. Encore du boulot pour Magath... L'ambiance promettait pourtant d'être chaude ce samedi à la Veltins Arena alors que de nombreux joueurs ne cessent de louer la nouvelle ambiance au sein du club, Rangnick ayant restauré confiance et concurrence jugées perdues lors de la fin de l'ère Magath. Moins d'un mois après son renvoi, le finaliste de la Coupe du monde 1982 avec la Mannschaft faisait pourtant son retour dans la Ruhr, engagé dans une opération maintien avec Wolfsburg, deux ans après avoir quitté les terres de Volkswagen sur un titre historique de champion. Privé de Friedrich suspendu, Magath avait choisi de faire confiance à Madlung pour tenir sa défense aux côtés du solide Danois Kjaer. Choix gagnant durant plus d'une heure puisque Schalke aura longtemps buté sur cette charnière, épaulé par des latéraux Schäfer et Riether souvent à la limite mais tenant la baraque face aux assauts du quatuor Schmitz, Farfan, Raul et Edu. Comme mardi, Jurado était placé plus bas sur le terrain afin de faire valoir sa qualité de relance. L'autre Espagnol de l'effectif, souvent dans l'ombre de Raul malgré un talent certain, se transforme alors en héros du jour. Suite à une belle inspiration de Farfan, auteur d'une jolie transversale dans la surface, l'ancien espoir de l'Atletico, reprend aux quinze mètres et trompe Benaglio (1-0, 76e) pour une victoire logique et encourageante avant le retour face à l'Inter mercredi. Dortmund, la chance du champion ? Loin de cette embellie, le Bayern a rechuté, concédant le nul face à une audacieuse équipe de Nuremberg (1-1), toujours aux portes des places européennes. Le but de Thomas Müller avant la pause n'aura pas suffi, Eigler égalisant en seconde période. A noter l'expulsion en fin de match de Robben, déjà nerveux face à Fribourg lors de la 27e journée, rencontre où il avait été remplacé dès la demi-heure de jeu. De nouveau au ralenti, le Bayern voit Hanovre reprendre la troisième place, le club de Basse-Saxe ayant battu Mayence (2-0), grâce notamment à un nouveau but de l'Ivoirien Ya Konan. Rummenigge, qui avait convoqué Lahm, Schweinsteiger, Robben et Ribéry cette semaine leur rappelant l'importance d'une qualification en Ligue des Champions, appréciera... Cette qualification, Dortmund peut plus que l'entrevoir. Dans le dur à Hambourg, le leader a arraché le nul au bout du temps additionnel (1-1). Le penalty de Van Nistelrooy avant la pause (1-0, 38e), obtenu pour une faute d'Hummels sur Petric, a failli couter cher, Kacar sauvant dans la foulée sur sa ligne devant Götze (43e). Mais Jakub Blaszczykowski a délivré le camp borussen d'une belle tête sur une passe du revenant Owoyomela (1-1, 92e). Opéré des deux tendons d'Achille en début de saison, le latéral allemand a prolongé d'un an son contrat cette semaine. Quoi de mieux qu'une passe plus que décisive pour fêter ce nouveau bail ?